Le futur du travail est un sujet particulièrement d’actualité, sur lequel la presse, les entreprises, universités et même les personnalités politiques se penchent en ce moment. Parce-que ce sujet nous concerne tous et que certaines de nos questions restent encore sans réponses concrètes, Josh Bersin nous éclaire avec son article : The Futur of Work : It’s Already Here — And Not As Scary As You Think“.

Josh Bersin est un analyste en ressources humaines, en leadership et technologie des ressources humaines. Il est également le fondateur et directeur de Bersin by Deloitte ; une société qui fournit principalement des services d’informations, de benchmarking, de développement professionnel et de conseil en recherche pour les organisations stratégiques en matière de ressources humaines, de gestion des talents, de développement du leadership, de recrutement et de formation.

Josh Bersin s’est penché sur la question du futur du travail et a mené plusieurs recherches sur le sujet. Il s’est notamment rendu au Sommet de l’Université Singularity à San Francisco où il a pu s’exprimer sur le sujet, et a passé des mois de son côté à faire de la recherche sur les thèmes de l’intelligence artificielle, de la robotique et de l’économie. Il en est finalement arrivé à une conclusion simple : Le futur du travail est déjà présent, et nous devons tous l’accepter.

Le futur du travail par Josh Bersin

Le futur du travail : pourquoi maintenant ?

Josh Bersin explique :

L’expression “Future of Work” est devenue un mot clé qui fait le buzz. (environ 48 millions de résultats sur Google pour cette phrase.) Il y a des centaines de conférences, de livres et d’articles sur le sujet, couvrant tout, de l’intelligence artificielle à la robotique en passant par l’inégalité des revenus.

La raison d’un tel intérêt est simple : nous sommes dans un cycle économique où les emplois, tel que nous les connaissons, changent rapidement. En fait, nous arrivons à un moment où les emplois, comme nous les connaissons, disparaissent.

Voici quelques-unes de ces modifications :

Aujourd’hui, grâce à une transparence considérable sur le marché du travail, nous changeons souvent de métiers. Le baby-boomer moyen recherchera un emploi environ 11,7 fois au cours de sa carrière, selon une étude BLS, et les millennials, eux, changent de travail tous les deux ans ou moins.

Près de 40% des travailleurs américains sont maintenant indépendants et des plateformes comme Uber, TaskRabbit et d’autres ont rendu le travail indépendant plus facile que jamais.

La technologie permet d’automatiser le travail à un rythme sans précédent, car l’intelligence artificielle, les capteurs et la robotique deviennent courants. La Chine acquérait 160 000 robots cette année, en 2016. Josh Bersin raconte : “Chaque semaine, je lisais un article sur la perte potentielle d’emplois dues aux voitures et camions sans conducteur, par exemple.” 

Futur du travail et robotisation

La structure des organisations est attaquée, ce qui modifie la nature du travail dans les entreprises. 92% des DRH et des PDG nous disent qu’ils pensent que leur structure doit changer, et la plupart cherchent des façons d’aplanir la hiérarchie, de rendre les emplois plus dynamiques.

L’inégalité des revenus, un sujet majeur dans notre débat politique, est devenu un problème sous-jacent. Comment les décideurs politiques encouragent les entreprises à fournir des emplois et des avantages bien rémunérés à la lumière de l’automatisation, du travail important et de la restructuration des entreprises ?

L’essence du changement est une idée simple mais grande : l’idée d’un « travail » , avec tous ses artefacts protégés, comme le titre de poste, le niveau et la description du poste, commence à disparaître. Quel est son remplacement ? Les personnes étant embauchées pour « travailler » , monter un projet, diriger une équipe et être prêt à passer à l’évolution de l’entreprise.

Josh Bersin a scindé les conséquences du futur de travail en trois parties simples et distinctes :

  • Tout d’abord, l’impact personnel : pourquoi travaillons-nous, comment le travail s’intègre dans notre vie, comment nos carrières progressent, comment nous restons à jour dans nos compétences et nos capacités, et comment le travail nous donne un sens et un but ?
  • Ensuite, l’impact organisationnel : quels sont les emplois, les rôles que jouent les personnes et les machines, comment les organisations sont-elles mises en place, comment exploitons-nous les travailleurs et comment les entreprises redéfinissent les emplois à mesure que les logiciels et la robotique deviennent plus puissants ?
  • Enfin, l’impact sociétal : comment éduquer et préparer les gens au travail, comment fait-on la transition des personnes lorsque les emplois changent, de quelle manière pouvons-nous soutenir les politiques de salaire minimum, l’immigration et les normes de travail, et comment pouvons-nous résoudre des problèmes économiques comme l’inégalité des revenus et le chômage ?

Aujourd’hui, toutes ces problématiques sont sujettes à des débats et il faut en parler séparément.

L’impact personnel du futur du travail

Sur le plan personnel, le travail est devenu dynamique, perturbateur et quelque peu écrasant. Grâce à l’assaut implacable des messages et des technologies que nous avons au travail (et à la maison), les deux tiers des organisations nous disent que leurs collaborateurs sont submergés. Aujourd’hui, les gens regardent leurs téléphones huit milliards de fois par jour, sont beaucoup moins attentifs (selon une étude Microsoft) et ne prennent pas suffisamment de vacances.

Entre Twitter, Skype, Snapchat, Whatsapp, Slack, Facebook, Gmail et Outlook, il semble y avoir un nombre sans fin de façons dont les gens peuvent communiquer. Les limites entre vie personnelles et professionnelle se sont évaporés, et nous sommes tous devenus dépendants de ces nouveaux outils numériques.

Pour répondre à cet enjeu, beaucoup de livres, de vidéos, de cours et de sites Web sont apparus, tous axés sur des solutions pour mieux gérer nos vies. Il existe maintenant des applications et des articles pour nous aider à nous détendre et à nous concentrer, des outils pour nous aider à dormir, des accessoires qui contrôlent l’exercice physique, des articles sur la nutrition et les bons aliments pour notre santé.

L'impact personnel du travail de demain

Malgré tout cela, la productivité reste faible. La vague de technologie d’aujourd’hui (depuis la naissance de l’iPhone) a fourni la plus faible amélioration de la productivité de toute ère de la technologie (cela comprend l’invention de la plomberie, de l’électricité, de l’automobile et de l’ordinateur). Le travail n’est donc pas devenu “plus facile”.

Josh Bersin explique que les économistes s’inquiètent beaucoup car le déclin de la productivité réduit la croissance du revenu, la croissance économique et les améliorations à long terme du niveau de vie.

Pourquoi cet écart de productivité ? De nombreux économistes pensent que la façon dont nous mesurons la productivité est obsolète, mais Josh Bersin trouve que c’est assez clair :

“Nous ne sommes pas vraiment plus productifs, mais nous pensons l’être. Nous vivons dans un monde où la messagerie constante nous distrait, nous recherchons toujours des façons de partager ce que nous avons fait, et nous souffrons tous de peur d’oublier de répondre, de manquer quelque chose d’important, lorsqu’un nouveau message arrive. Les entreprises qui vendent ces outils numériques gagnent de l’argent sur «l’engagement des utilisateurs». Considérez le pouvoir du point rouge qui vous indique le nombre de notifications et de messages que vous avez : pouvez-vous vous empêcher de cliquer dessus ?” 

Le changement dans nos carrières

Non seulement le travail est plus dynamique et souvent écrasant, mais la façon dont nous gérons les carrières a elle aussi changé. Comme il l’a écrit dans son ouvrage : “Hacking the Career: What Should Organizations Do?“, Bersin explique que nous devons accepter le fait que nos carrières ne progressent plus et que nous ne pouvons pas dépendre d’une entreprise pour prendre soin de nous à vie.

Une façon simple de comprendre le décalage est de réfléchir à l’image créée par Dick Bowles, auteur du livre “The Three Boxes of Life“. Aujourd’hui, contrairement au passé, il ne s’agit plus d’ “étudier” de “travailler” et de “prendre sa retraite” mais d’apprendre, travailler et apprécier les loisirs tout au long de notre vie, et d’espérer que ce processus se poursuivra jusqu’à nos dernières années.

Le changement dans nos organisations 

Sur le plan organisationnel, beaucoup de choses se passent. Tout d’abord, les emplois changent rapidement, car « l’intelligence augmentée » (la nouvelle définition de l’intelligence artificielle) reprend les tâches les plus banales.

Nous connaissons tous Siri ou Cortana qui comprend notre voix. Et bien, le même type de logiciel est maintenant capable d’interpréter les photos, les informations les données des ordinateurs.

Les compagnies d’assurance disposent désormais d’un logiciel permettant de visualiser une image de votre voiture bosselée, d’identifier la marque et le modèle et de calculer le montant de la réclamation. Le logiciel peut lire des rayons X presque deux fois aussi bien que des radiologues expérimentés, et la reconnaissance vocale peut être 300% plus rapide que vous le pouvez.

L'intelligence artificielle et le futur du travail

Des technologies comme le traitement du langage naturel, le raisonnement et l’apprentissage de soi s’améliorent. Des produits comme Amazon Echo, Siri d’Apple Inc., Cortana de Microsoft, Watson d’IBM et Viv de Viv Labs peuvent comprendre vos commandes, effectuer des tâches et apprendre.

Prenons l’exemple d’un centre d’appel. Lorsque vous appelez pour modifier une réservation ou modifier une commande, l’agent doit vous chercher, trouver votre compte et localiser votre transaction. Une grande partie de cela peut maintenant se faire grâce à la reconnaissance vocale et à l’Intelligence Artificielle.

L’une des raisons pour lesquelles ce marché accélère et s’accroît est le rôle explosif des capteurs, qui ont été moins chers que jamais (les capteurs qui voient mieux que nos yeux coûtent maintenant moins de 2000 $). Les smartphones que nous possédons comportent souvent 6 capteurs embarqués (température, GPS, accéléromètre, humidité, son ambiant, magnétomètre, etc.). Ces capteurs permettent aux appareils mobiles de faire des choses qu’on pensait infaisables par des ordinateurs, et Pokémon Go n’est que le début !

Bientôt, nous disposerons de périphériques qui écouteront notre voix, comprendront quand nous sommes stressés, surveilleront notre battement de coeur et nous recommanderont personnellement de meilleures réunions, conditions de travail et interactions avec nos clients. L’opportunité pour l’amélioration du travail, de la productivité et des innovations est de taille.

Josh Bersin parle également d’amélioration de la productivité agricole grâce aux nouvelles «technologie agricole», drones, intelligence artificielle et capteurs appliqués à l’agriculture. Des machines d’entreprises comme John Deere utilisent des caméras et des capteurs pour labourer précisément des champs, planter des semences au bon endroit et placer juste assez d’eau pour garder chaque plante humide. Elles peuvent “voir” les mauvaises herbes pour les choisir, ajouter juste assez d’engrais pour chaque plante et regarder la couleur de la plante pour décider quand elle doit être récoltée.

La restructuration des Organisations

La deuxième question à laquelle nous sommes confrontés est la refonte des organisations. Les organisations industrielles d’aujourd’hui ont été conçues dans un monde où nous étions le « moyen de production » , et nos « emplois » étaient essentiellement conçus par les responsables des ressources humaines et des entreprises. On lisait la « description du poste » , « postulait » , et nous avons été « évalués en fonction » du travail demandé. La raison pour laquelle les organisations existent était d’exploiter ce modèle industriel hautement efficace, où nous, en tant que travailleurs, pouvions être très productifs en faisant des tâches répétitives, et l’entreprise faisait des bénéfices à travers des économies d’échelle.

Le futur du travail : la fin de l'ère industrielle

Aujourd’hui, ce modèle économique est attaqué. D’après les recherches de Bersin, 92% des entreprises pensent que leur conception organisationnelle ne fonctionne pas, mais seulement 14% savent comment la réparer. La réponse serait alors d’habiliter les gens dans de petites équipes, de relier ces équipes et de construire une culture organisationnelle qui permettrait aux gens d’innover, de fournir et de servir les clients en première ligne.

Des entreprises comme Cisco, Deloitte, et des entreprises plus disruptives comme AirBnB, Uber et beaucoup d’autres se déplacent déjà dans cette direction.

La structure de l’organisation évolue et la technologie réduit le besoin de rôles de gestion traditionnels. Ce que cela signifie pour nous en tant qu’individus, c’est que notre « poste » et notre « titre de poste » ne sont plus aussi importants qu’avant. Ce qui compte, c’est ce que nous savons faire, ainsi que notre réputation personnelle et professionnelle. Cela signifie que nous devons tous apprendre à nous ” reformer ” en permanence, à savoir comment utiliser nos compétences et expériences, et se sentir à l’aise d’accepter de nouveaux postes et de nouveaux rôles qui ne sont pas toujours forcément ceux qu’on imaginait.

Les emplois disparaissent-ils ?

Ce qu’on entend le plus sur le futur du travail est que les emplois disparaissent. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité d’après Josh Bersin.

L’Université d’Oxford a écrit un rapport selon lequel 47% des emplois «disparaîtront» au cours des 20 prochaines années. Mais ce n’est pas une mauvaise chose ! En effet, la recherche montre que pour chaque travail qui « disparaît » , un ou deux autres sont créés. Et nous ne parlons pas du petit nombre d’emplois nécessaires pour programmer des ordinateurs (même les ingénieurs de logiciels seront automatiquement automatisés), chaque exemple que nous avons vu montre que lorsque “l’automatisation” vient, de nouveaux emplois sont créés qui améliorent les conditions de travail.

Donc, la réponse à cette question est NON. Les emplois ne disparaissent pas, ils changent. D’ailleurs, beaucoup de compétences humaines sont et resteront essentielles dans le futur. Deloitte a lancé une recherche au Royaume-Uni, qui a examiné des centaines de profils d’emploi et a identifié 25 ” compétences humaines ” critiques qui devraient devenir de plus en plus importantes à mesure que la technologie évoluera. Ce sont des compétences qui sont « essentiellement humaines » et fournissent une ligne directrice pour la refonte des emplois et des carrières dans le futur. L’enquête a ainsi révélé que des compétences comme l’empathie, l’écoute ou encore la communication sont essentiellement humaines. Donc, Le futur du travail ne consiste pas en l’abandon des emplois, mais il s’agit de nous réhabiliter et de savoir comment se positionner pour pouvoir bien utiliser les nouveaux outils et savoir en tirer parti.

Qu’en est-il des personnes et des carrières ? 

Le futur du travail et des carrières

Comment les organisations et nous-mêmes nous adaptons-nous ?

Les organisations, les individus et la société doivent changer. Sur le plan personnel, nous devons tous apprendre à utiliser de nouveaux outils.

Josh Bersin raconte : “Je suis sur le marché du travail depuis 1978, au moment où il n’y avait pas de messagerie vocale, pas d’ordinateurs et pas de courrier électronique. Depuis, j’ai appris comment utiliser tous les outils modernes de l’ère de l’information, et je suis presque aussi doué que mes enfants avec des applications comme Snapchat et Instagram. Ceux d’entre nous qui craignent ou sont intimidés par la technologie seront en retard, alors nous devons tous nous forcer à apprendre. Et si vous êtes un professionnel des ressources humaines ou un chef d’entreprise, vous devez également en apprendre davantage sur la technologie, car cela influe radicalement sur votre façon d’organiser le travail.”

Au niveau organisationnel, la clé du succès est ce qu’on appelle aujourd’hui le design thinking. Les organisations doivent comprendre ce que la technologie peut faire et ensuite l’utiliser pour améliorer l’expérience des clients et des employés.

Par exemple, chez Starbucks, ils auraient pu choisir d’installer des machines à café robot dans les magasins. Cependant, ce n’est pas le cas,  car l’expérience du client se concentre sur une conversation personnelle avec un barista, sur le son et l’odeur du café en cours, sur une tasse avec le nom écrit à la main. Les entreprises comme Starbucks ont continuellement amélioré les emplois barista, augmentant régulièrement les salaires et les avantages, améliorant ainsi l’expérience client.

Expérience client chez Starbucks

Chaque entreprise a la possibilité de repenser ses propres expériences de clientèle et de salariés et d’appliquer la technologie pour la rendre meilleure. Dans certains cas, cela signifie changer de travail, mais dans la plupart des cas, cela signifie rendre les travaux « meilleurs » , réduire les coûts et les tâches banales et ajouter plus de valeur aux interactions avec les clients. L’un des plus grands défis dans les organisations est de créer un modèle de carrière plus dynamique. Les entreprises sont maintenant fortement axées sur la mobilité interne des talents, l‘apprentissage auto-dirigé et les nouveaux outils logiciels pour aider les gens à trouver le prochain emploi. Des organisations comme Cisco, Yum Brands, Wegman et WL Gore, par exemple, ont redéfini leurs principes de gestion pour se concentrer sur le fait de permettre aux gens de passer de travail en travail, de rôles en rôles plus rapidement que jamais.

L’éducation et les politiques publiques doivent subsister

Pour Josh Bersin, l’éducation joue toujours un rôle vital dans le développement des compétences de base (la réflexion, l’écriture, l’analyse, les mathématiques, les sciences) et nous permet d’acquérir rapidement de nouvelles compétences techniques pour le travail, c’est pourquoi elle doit subsister.

Futur du travail et éducation

De plus, les politiques publiques jouent un rôle important. Il existe un débat permanent sur l‘inégalité des revenus et l’impact des plateformes de travail indépendant. Bien que le travail indépendant soit maintenant plus facile à trouver, la plupart des emplois dans ce domaine ne paient pas d’avantages, n’ont pas de politique de vacances ni d’heures supplémentaires, et il n’y a pratiquement pas de remboursement des dépenses liées au travail. Beaucoup de politiques défendent des « comptes de sécurité » autofinancés et une nouvelle troisième classe de travailleurs pour offrir des salaires et des avantages équitables pour la main-d’œuvre contingente en croissance.

D’autres se disent maintenant pour les « comptes de sécurité partagés » afin que les gens puissent investir dans leur carrière personnelle à mesure qu’ils passent d’un emploi à l’autre, d’un rôle à un autre, d’une entreprise à l’autre. Il y a même un débat parmi les économistes quant à la nécessité d’un « revenu de base garanti » comme incitation à revitaliser l’innovation et la réintégration professionnelle. Ces idées méritent d’être envisagées, d’après Bersin, compte tenu de la nécessité d’accélérer la réinvention personnelle et le renouvellement.

Nous devons adapter nos stratégies de carrière personnelles

Josh Bersin raconte dans son article avoir eu l’occasion de passer du temps avec Gary Bolles, qui a écrit ” What Color is Your Parachute ” , l’un des livres les mieux écrits sur la recherche d’un emploi. Il explique : ” Gary et moi-même sommes d’accord pour dire que la compétence la plus importante à mettre en place dans le « futur du travail » d’aujourd’hui est ce que l’on appelle « réinvention personnelle » : la possibilité de laisser tomber ce que vous êtes aujourd’hui et de vous recréer lorsque les emplois autour de vous changent. “

C’est un sujet important. Le ” Bureau of Labor Statistics ” prédit que les Américains auront 12-14 carrières au cours de leur vie. Nous devons donc nous séparer de l’idée que ” nous sommes ce que nous faisons ” . Si nous définissons l’estime de soi et notre identité personnelle par un titre sur notre carte de visite, nous sommes susceptibles d’être déçus.

L’auteur explique enfin : ” Avec plus de 38 ans de carrière et de nombreuses expériences professionnelles (j’ai travaillé dans cinq industries différentes et je suis passé de « stagiaire » à PDG et fondateur en cours de route.) Je ne me définis plus par mon titre mais je me présente simplement en disant aux gens ” ce que je fais ” .  Je suis à l’âge où certains de mes amis s’approchent de la « retraite » . L’un d’entre eux, un homme qui a voyagé dans le monde en tant qu’économiste d’affaires, m’a dit : ” souvenez-vous quand vous étiez jeune, il y avait ce garçon plus âgé qui était assis dans un bureau et qui a aidé les autres à faire leur travail. C’est moi maintenant ” . Il aime toujours le travail, il y contribue de manière importante, et il aide d’autres jeunes performants à réussir. “

Il y a beaucoup plus à raconter sur cette histoire, mais ce qu’il faut retenir, c’est que le futur du travail est bien présent aujourd’hui. Notre travail est en train de changer devant nos yeux, et si nous ne prenons pas le temps de comprendre et de l’affronter, nous risquons de manquer les changements qui se déroulent.

Prenons le temps d’apprendre à utiliser un nouvel outil ou deux, de nous rendre à une conférence dans notre domaine et de passer du temps à travailler avec d’autres personnes pour nous adapter au mieux aux changements et transformations.  Nous devons tous faire face à l’avenir du travail, mais cela ne va pas être aussi effrayant que nous le pensons…

Traduction de l’article de Josh Bersin : The Futur of Work : It’s Already Here — And Not As Scary As You Think.

Le futur du travail est là et ne fait pas si peur
5 (100%) 8 votes