Vitrine de l’innovation RH du groupe Orange, la Villa Bonne Nouvelle est un espace de corpoworking où il est possible d’analyser, d’expérimenter et de diffuser les nouvelles pratiques collaboratives et managériales. Composé de 60 personnes, dont 30 internes et 30 externes, ce laboratoire vivant agit en faveur du bien-être et de la performance des collaborateurs. Après 15 ans d’expérience dans le groupe Orange, Magali Lahourcade Siccardi, Head de la Villa Bonne Nouvelle, s’intéresse aujourd’hui à la transformation du monde du travail avec la volonté de retravailler les éléments de langage, la stratégie et le positionnement de cet espace. Nous avons eu le plaisir de l’interviewer pour en savoir un peu plus sur cet espace innovant et disruptif.

Pourquoi le corpoworking ?

La Villa Bonne Nouvelle a été créée en 2014 par Bruno Mettling, ancien DRH d’Orange. Tout d’abord, il faut savoir que le bâtiment dans lequel nous sommes n’appartient pas aux entités rh corporate et est un bâtiment business avec d’autres entités du groupe. Pourquoi ici alors ? Car nous sommes au coeur de la silicon sentier, de la French Tech parisienne et de l’écosystème des startups. Bruno Mettling a donc décidé d’aménager cet espace de 300 m2 car en 2014 il devenait urgent  de comprendre quels changements allaient apporter les nouvelles générations au sein du groupe.

Il a ainsi eu la très bonne intuition de se dire qu’il fallait comprendre concrètement ce que ces transformations voulaient dire en pratique, comment les nouvelles générations réagissait au monde du travail et comment Orange allait appréhender ces changements. L’idée était de mettre dans l’espace des startupeurs, des freelances, des artistes externes au groupe et de les mixer avec des populations internes à Orange.

corpoworking chez Orange

Quelles ont été les premières observations faites grâce à cet espace?

La première année a été une année de validation du projet avec l’analyse des axes autour desquels le monde du travail se modifiait :

  • Le temps :  quel rapport Orange allait avoir avec le temps. En effet, dès le départ, nous pouvions voir que les startups travaillaient avec des temps différents.
  • Le rapport à l’espace : à la Villa Bonne Nouvelle, rien n’est fait a priori, tout notre mobilier est sur roulette et modulable pour que le collectif se ré-approprie à chaque nouvelle saison son espace et puisse le moduler en fonction de ses usages. Notre objectif n’est pas d’être un showroom de mobilier. Ce qui compte pour nous c’est le collectif et le sens qu’on donne au travail. Ceci étant, chez Orange il y aura dans les prochaines années une rationalisation des espaces de travail. Nos collaborateurs devront apprendre à consommer leurs espaces de travail différemment.
  • Le rapport à l’ouverture : grâce à l’interaction avec des personnes externes au groupe avec des profils différents,  tous les projets Orange qui ressortaient de la Villa Bonne Nouvelle au bout d’un an étaient forts d’expérience, avec des process de travail différents.
  • Le rôle du management : nous pouvions analyser grâce à la Villa quels rôles endossaient les managers des startups versus le rôle des managers chez Orange. La réelle problématique était de savoir comment transformer la posture managériale au sein du groupe.
  • La collaboration : On travaille énormément autour de la collaboration, qui ne peut être possible que avec l’existence d’un collectif. Le collectif doit être fort et soudé pour que se crée par la suite la collaboration et un véritable partage de compétences. “

flex office et collaboratif

Les premiers freins de l’espace

La deuxième année, nous avons commencé à réfléchir aux freins de cet espace et notamment sur le rôle d’un feel good manager. En effet, cet espace ne peut être auto-géré. Il est indispensable d’avoir quelqu’un qui créé du lien, des rituels, qui anime le quotidien et qui permette aux personnes de se connecter. Le rôle du feel good manager a donc été intégré. Ensuite, le deuxième frein était le rôle du manager. Comment le manager d’Orange devait se transformer pour ne plus rester dans la posture de command and control mais passer dans une posture de coach agile, jardinier de ses équipes. Et la troisième problématique était que les équipes Orange vivaient pendant une année une parenthèse enchantée avec un retour à la réalité du groupe qui pouvait posait problème. Soit ils pouvaient recréer des expériences vécues dans leurs équipes et devenir des ambassadeurs de la villa en reproduisant par systèmie ce qu’ils avaient pu y voir, soit ils devaient faire face au système hiérarchique pyramidale avec un retour difficile. ”

Comment avez vous connecté la Villa Bonne Nouvelle au reste du groupe ?

” La troisième année nous avons commencé à ouvrir la Villa pour diffuser les bonnes pratiques au sein du groupe Orange mais aussi pour nous connecter avec l’extérieur. Nous avons entrepris des missions de conseil pour d’autres entités Orange afin de les accompagner dans le changement. Chez Orange plusieurs collaborateurs vont partir à la retraite. Nos collaborateurs doivent donc apprendre à travailler en mode projets et transverses sans forcement avoir de manager. Nous sommes là pour les accompagner dans cette transition. Nous allons par exemple accompagner Bridge, le nouveau siège social d’Orange à Issy les Moulineaux qui rassemblera toutes les entités supports du groupe et des entités opérationnelles.

Dans le cadre de Bridge se posent les problèmes des espaces collaboratifs, ouverts, avec des managers habitués au bureaux fermés. Nous allons produire des analyses pour accompagner ce projet et permettre aux collaborateurs de progresser. Aujourd’hui, l’objectif est de passer à la vitesse supérieure et de diffuser de façon mainstream notre modèle aux autres collaborateurs, pour que tout le monde puisse bénéficier de nos avancées.  Cette année, nous avons recruté notre promotion d’externes autour de la sphère business et happiness. Ainsi, nous avons 38 externes avec des coachs en re positionnement de carrières, des startups dans l’accompagnement global de grandes entreprises, ou encore le ministère du bonheur qui travaille sur une approche scientifique du bonheur. Ensuite, nous avons aussi recruté d’autres startupeurs et free-lances sur la base de leurs personnalités et de ce qu’il pouvaient  apporter à notre collectif. Enfin, nous sommes très attentifs a l’aspect inter générationnel et aux différents types de compétences.

Villa Bonne Nouvelle : partage de compétences

Cette année ma volonté était aussi de mener deux expérimentations. La première autour du lien entre business and happiness afin d’analyser les irritants de ce sujet. En effet il est important de porter une attention particulière à la  réticence de certains collaborateurs sur ces sujets, qui ressemble au fameux green washing d’il y a 10 ans. Il faut donc réfléchir au sens premier de ce sujet.

La deuxième expérimentation tourne autour des compétences. Nous hébergeons actuellement un collaborateur d’Orange qui prépare une thèse avec le CNAM pour analyser quelles compétences sont acquises au sein de la Villa Bonne Nouvelle. Il est aussi important de se rappeler que les compétences se reconnaissent grâce à une vision croisée. La conscience de ses propres compétences est révélée par les autres. On revient donc toujours à la force du collectif et du collaboratif.

Les événements de la Villa

Nous avons des événements qui permettent de connecter notre collectif avec le monde extérieur, avec la venue d’externes qui partagent leurs visions avec nous.

Ensuite nous avons un agenda mensuel co-conçu avec toutes les personnes qui travaillent ici. Par exemple, si quelqu’un doit tester quelque chose ou faire un training en amont, nous organisons un petit événement interne pour partager l’expérience avec eux. Dès le début de l’année nous avons organisé un kick-off, pour co-construire la liste de nos souhaits pour cette année, les mots essentiels du sujet business and happiness et nos projets phares de l’année 2017. À l’issue de ce kick off,  nous avons mis en place un mur des compétences pour que tout le monde puisse savoir qui fait quoi et qui travaille avec qui. Enfin, grâce à notre mobilier adaptable, il est toujours possible de changer de places pour créer du lien avec toutes les personnes du collectif.  ”

Corpoworking : quand Orange crée la Villa Bonne Nouvelle
5 (100%) 8 votes