La semaine de 35h a été un grand sujet à débat de ces élections présidentielles, devrait-on travailler plus ou moins ? En effet, en France, depuis 2002, la durée légale du temps de travail pour un salarié à temps plein dans une entreprise est fixée à 35 heures par semaines au lieu de 39 heures précédemment. Mais qu’en est-il des autres pays Européens ? Quels sont leurs modèles de travail et surtout, sont-ils plus ou moins productifs ?

La Suède, connue pour être parmi l’une des nations les plus respectueuses de l’équilibre vie professionnelle / vie privée a testé en 2014 la mise en œuvre de la journée de 6 heures. Ainsi, dans la municipalité de Göteborg, deuxième ville du pays, certains employés municipaux ont vu leur temps de travail réduit à 30h par semaine. Le secteur privé n’est pas en reste puisque l’usine d’assemblage Toyota de Göteborg a adopté ce modèle pour ses mécaniciens et employés de bureau, il y a 15 ans déjà, sans jamais revenir sur le principe. Toutefois, le modèle s’est révélé difficilement viable pour le secteur public qui a mis un terme à l’expérimentation.

Néanmoins, sans s’aventurer dans des réductions aussi drastiques du temps de travail, il reste primordial de se pencher sur la situation dans le reste du Vieux Continent. Analysons donc le temps de travail en Europe par rapport à la productivité et à la performance des collaborateurs.

Commençons d’abord par analyser le temps de travailannueldes salariés en Europe : Qui travaille le plus ?

En 2015, d’après une étude de l’institut Coe-Rexecode avec des calculs réalisés à partir des données d’Eurostat, le pays Européen où les salariés travaillent le plus est la Roumanie avec 2080 heures travaillés par an en moyenne par les salariés à temps plein, suivi de près par la Grèce avec 2010 heures.

Malheureusement, d’après cette même étude, le pays qui se classe en dernier est la France avec seulement 1646 heures travaillées, soit 434 heures de moins que la Roumanie. Cependant, il ne faut pas oublier que les législations concernant la durée du travail divergent selon les pays, ce qui peut expliquer cet écart.

Par exemple, en Italie, la durée légale du travail est de 40 heures par semaine, avec une durée maximale (heures supplémentaires comprises) de 48 heures hebdomadaires.

  • Au Royaume-Uni, la durée maximale de travail par semaine ne peut dépasser 48 heures selon la loi.
  • En Allemagne, la loi stipule que dans le cas de la semaine à 6 jours ouvrables (du lundi au samedi), la durée hebdomadaire de travail peut varier de 48h à 60h, soit 13 ou 25 heures de plus que la France.

Cependant, lorsque l’on compare les pays Européens sur la durée du travail d’un travailleur non-salarié, la France se place en 4e position derrière la Belgique, l’Autriche et la Grèce, toujours d’après cette même étude.

Temps de travail en Europe

Mais alors, le fait de travailler moins nous rend-il pour autant moins productif ? Pour le savoir, comparons maintenant la productivité des pays d’Europe.

Toujours selon une étude d’Eurostat, en 2015, parmi les pays ayant enregistré une forte croissance de plus de 2% de leur PIB réel, on retrouve en tête l’Irlande, avec une croissance de 7,8%, le Luxembourg (4,8%) la Suède (4,1%) ou la Roumanie (3,8%).

Ensuite, au dessus des 2% on retrouve notamment l’Espagne (3,2%), le Royaume-Uni (2,3%) et les Pays-Bas (2%).

La France, quant à elle se trouve parmi les pays ayant eu une croissance modérée (1,2%), derrière l’Allemagne (1,7%), le Portugal (1,5%) et la Belgique (1,4%), alors que l’Italie (dont le temps de travail hebdomadaire est supérieur à celui en France) a connu une croissance faible (0,8%).

La Grèce est le seul pays ayant connu une récession avec un PIB réel en recul de 0,2% par rapport à 2014, alors qu’il s’agissait du deuxième pays Européen où les salariés travaillaient le plus par an. 

Cependant pour accroître notre productivité faut-il travailler plus ou travailler mieux ? C’est l’une des questions que l’on pourrait se poser car en effet, le bien être au travail est un facteur souvent laissé pour compte alors qu’il est indispensable pour une meilleure productivité. Mais dans quels pays d’Europe les salariés sont-ils les plus heureux au travail… ?

Autre question particulièrement d’actualité, la productivité au bureau et à la maison serait-elle identique ? En effet, une étude réalisée par Polycom en 2017 soutient que les Français apprécient particulièrement le travail à domicile : 68 % des personnes sondées ont indiqué que leur domicile ou leur bureau personnel constituait leur lieu de travail préféré. À l’heure où 16,7 % des salariés français télétravaillent au moins 1 jour par semaine, il devient nécessaire de se pencher sur le sujet. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’une loi facilitant le recours au télétravail a été votée en 2017. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également voir pourquoi les français seraient les champions d’Europe du télétravail en cliquant sur ce lien.

Horaires légers : les secrets de la réussite danoise

Les pays scandinaves sont souvent cités en exemple dans le domaine des conditions de travail. Parmi eux, le Danemark se distingue sur plusieurs critères. Tout d’abord, les danois, champions de la flexisécurité, base son modèle de travail sur les principes d’égalité et de bonheur au travail.

De plus, au niveau du temps de travail, les travailleurs danois sont gagnants. Ces derniers ne travaillent en effet que 1540 heures par an en moyenne (soit environ 30h par semaine) selon une enquête de l’OCDE. Ainsi, ces horaires raisonnables, accompagnés par une forte autonomie laissée aux collaborateurs, permettent aux danois d’être épanouis quand ils se rendent à leurs bureaux ! Vous pouvez consulter notre article sur le sujet en cliquant ici si vous désirez plus d’informations.

Une initiative innovante en Suède

La Suède, connue pour être parmi l’une des nations les plus respectueuses de l’équilibre vie professionnelle / vie privée, a testé en 2014 la mise en œuvre de la journée de 6 heures. Ainsi, dans la municipalité de Göteborg, deuxième ville du pays, certains employés municipaux ont vu leur temps de travail réduit à 30h par semaine. Le secteur privé n’est pas en reste puisque l’usine d’assemblage Toyota de Göteborg a adopté ce modèle pour ses mécaniciens et employés de bureau, il y a 15 ans déjà, sans jamais revenir sur le principe. Toutefois, le modèle s’est révélé difficilement viable pour le secteur public qui a mis un terme à l’expérimentation.

Mais toujours sur le même modèle, on a vu récemment que certains syndicats d’usines allemandes dans le domaine de la sidérurgie avaient réussi à obtenir une semaine de travail hebdomadaire de 28 heures pour les collaborateurs concernés. On ne peut s’attendre qu’à d’autres initiatives similaires dans les prochaines années !

Vous êtes toujours en veille sur les nouvelles manières de travailler et vous aimeriez en savoir plus sur les pratiques RH des entreprises de votre secteur ? Change the Work lance ses conférences de benchmark de pratiques à destination des équipes RH d’entreprises, What’s up @ Work. C’est par ici pour en savoir plus : http://goo.gl/forms/xrVTsFdBJKj43Dzc2 !

Temps de travail : qui travaille le plus en Europe ?
5 (100%) 7 votes