Le travail flexible est un sujet dont on parle de plus en plus, aujourd’hui. Avec la constante évolution des nouvelles technologies et de la culture d’entreprise, le travail ne se limite plus à un poste fixe, un bureau ou une maison, mais s’étend aujourd’hui au “anywhere working”, c’est à dire : au “travail n’importe où”.

La réalité du travail flexible, cependant, varie selon les entreprises et les pays, c’est pourquoi la société Polycom a enquêté sur les tendances et les attitudes globales vis-à-vis du travail à distance en interrogeant 14 pays, afin de mieux comprendre les attentes des travailleurs d’aujourd’hui et ce que l’avenir du travail a à leur offrir.

Le travail flexible dans le monde

La recherche souligne que près des deux tiers de la main-d’œuvre mondiale sont satisfaits actuellement du travail à distance, alors qu’en 2012, seul 14% en tiraient profit. Les bénéfices rapportés les plus populaires sont sa contribution à un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des travailleurs ainsi qu’une meilleure productivité.

Selon cette étude, “la productivité et la collaboration ne dépendent plus d’un emplacement physique partagé”, mais de nombreux autres facteurs. Les collaborateurs pourront travailler où bon leur semble, notamment grâce aux technologies audiovisuelles, la vidéo étant l’outil de communication préféré numéro 1, selon cette même étude, ce qui leur permettra de partager facilement du contenu et de se sentir présents et connectés en toute circonstance avec les autres. L’un des avantages de “travailler n’importe où” est aussi la capacité à s’adapter à l’individu et à ses besoins.

L’étude porte sur les réponses de 14 pays interrogés, et la recherche a révélé que les Brésiliens sont en avance avec 80% des employés adoptant le travail à distance, soit plus que tous les autres pays interrogés. De plus, 75% des Brésiliens interrogés ont placé le gain de productivité comme le premier avantage du travail à distance.

Le télétravail au Japon

À l’opposé, on retrouve le Japon, où seulement 35% des entreprises ont une forme de politique de travail flexible (pour l’Europe plus spécifiquement, n’hésitez pas à aller lire notre article “Télétravail, serions-nous les champions d’Europe“).

Cependant, malgré ce léger retard du Japon, la plupart des autres pays ont déjà adoptés le “anywhere working”, avec tout de même un écart d’âge visible entre les personnes pratiquant ce type de travail.

En effet, 70% des jeunes entre 18 et 30 ans sont plus ouverts au “travail n’importe où” et en profitent plus, contre seulement 51% des 45-60 ans. Cet écart peut s’expliquer par le fait que les jeunes sont plus touchés par la technologie et ont grandi à l’aide de dispositifs mobiles et tablettes.

Le travail à distance s’impose tout de même de plus en plus, toutes générations confondues, et les principaux avantages de cette politique de travail flexible seraient, d’après les personnes interrogés, un gain de temps pour exercer d’autres fonctions/tâches, moins de longs trajets, moins de stress, et plus de bien être (notamment chez les jeunes).

Travail flexible ou “Anywhere working”, quels résultats ?
5 (100%) 3 votes