Après ses premiers pas dans le domaine du divertissement, de l’e-commerce, de la santé et de l’architecture, la réalité virtuelle gagne peu à peu le marché de l’organisation du travail. Cette technique, qui crée un environnement numérique artificiel en trois dimensions, permet l’immersion des individus dans un monde (réel ou imaginaire) reproduit par des logiciels intelligents. A travers cette simulation, l’expérience est alors sensori-motrice et cognitive.

Ainsi, comment est-ce que les directions innovantes des ressources humaines font de la virtualité leur réalité, et  à quels niveaux ?

La réalité virtuelle au service du Talent Acquisition

La réalité virtuelle pour le Talent Acquisition

Après Mazars, c’est Ubisoft, développeur de jeux vidéos français, qui présente ses grandes familles de métiers à travers une vidéo dont le lien est diffusé sur toutes les offres de recrutement. Les potentiels candidats s’immergent dans un voyage de cinq minutes, accompagnés par Camille et Damien, deux salariés de la boîte. Ils visitent le siège de l’entreprise et s’y projettent tout en découvrant la culture d’entreprise d’Ubisoft. Celle-ci pourrait d’ailleurs tenir en une phrase : Work hard, play hard ! Antoine Bocage-Marchand, responsable des ressources humaines, atteste du succès de cette initiative : “Nous parvenons à attirer beaucoup de candidats grâce à cette vidéo, qui nous disent en entretien avoir été séduits par l’environnement d’Ubisoft”.

Recrutés par la réalité virtuelle ?

Recruter via la réalité virtuelle

Désormais, chez Ikea, L’Oréal, Pepsi, Castorama et bien d’autres multinationales, c’est Vera qui fait passer les entretiens d’embauche. Cette intelligence artificielle incarne en effet la personnalité d’une recruteuse et a été développée de manière à classer les CV selon les offres et demandes d’emplois, à retenir les profils, ainsi qu’à engager les candidats dans des vidéos d’entretiens. Attention ! Même si, bientôt, le logiciel sera habilité à percevoir des émotions, c’est le responsable des ressources humaines qui prendra la décision finale du recrutement selon la liste qui lui aura été dressée. En 2016 et pour la première fois dans l’histoire de la technologie, un software est en mesure d’appeler des personnes, de présenter des postes, prendre rendez-vous et mener une vidéo-conférence.

Vera a été conçue avec précision : Elle s’imprègne de la reconnaissance vocale de Google, Amazon, Microsoft et Yandex, tandis que son vocabulaire et sa syntaxe sont perfectionnés par les treize milliards de phrases principalement issues du monde du recrutement, des émissions TV et sites de recherche. C’est ainsi qu’après la sélection des candidats, elle leur pose des questions portant sur leurs expériences et leurs motivations, et est capable d’identifier le ton, l’attitude et les mimiques. La start-up Stafory débarque ainsi sur le marché international, après avoir exclusivement essayé cette intelligence artificielle en Russie. Ceci dit, pour l’instant, elle ne sera chargée que du recrutement des employés, des serveurs et des ouvriers de bâtiment. Plus de 300 entreprises y ont déjà souscrit, ce qui permettra à leur DRH de gagner en efficacité et en terme de coûts
A noter tout de même, après l’avoir testé sur sa filiale russe, L’Oréal a mis fin à son expérimentation avec cette DRH virtuelle car cela ne correspondait pas à la vision du groupe. Selon Natalia Noguera, responsable de la transformation digitale, l’enjeu des outils digitaux est d’amplifier les capacités humaines et non pas de remplacer les collaborateurs.

Former les employés via la réalité virtuelle ?

Former les employés via la réalité virtuelle

L’entreprise GRTgaz, opérateur de réseau de transport de gaz naturel, a choisi de mettre la réalité virtuelle au service de la formation de ses employés via l’application ITX VR. Afin d’apprendre la conservation des bonnes conditions des installations gazières à leurs techniciens, des manettes et casques immersifs sont mis à leurs dispositions pour qu’ils puissent s’entraîner à manipuler les dispositifs de régulation des écoulements liquides, et les autres outils de commande.

Cette mise en situation, qui ressemble à une partie de jeux vidéos, a l’avantage de constituer une formation plutôt pratique que théorique. Elle se rapproche du réel et inculque aux employés de la société une maîtrise parfaite des gestes. Content de la mise en place de ce nouveau mode d’apprentissage, le responsable du departement maintenance, Thierry Escaffre, explique que “l’avantage de la réalité virtuelle, c’est que nous pouvons simuler n’importe quel scénario de panne, même rare, tout en supprimant les risques de sécurité liés au gaz sur de véritables installations“. 

La réalité virtuelle pour remplacer les DRH ?
5 (100%) 7 votes