La cooptation consiste en la ” désignation d’un membre nouveau d’une organisation par les membres qui en font déjà partie ” . Cette pratique n’est pas nouvelle, et pourtant elle se révèle être particulièrement efficace ! En effet, comme la cooptation se base sur la confiance, les nouveaux collaborateurs proposés ont déjà une longueur d’avance sur les autres postulants. De plus, ce mode de recrutement est peu coûteux. Voyons les raisons d’un tel succès…

Des résultats probants

Résultats de la cooptation

Selon une étude menée par l’APEC, près de 40% des entreprises françaises interrogées reconnaissent avoir fait usage de la cooptation comme moyen de recruter. Ce chiffre est significatif ! A l’heure où les stratégies de recrutement se diversifient et deviennent toujours plus importantes pour l’entreprise, la cooptation ne se démode pas, bien au contraire !

En fonction des pays, cette façon d’embaucher a plus ou moins de succès. En effet, les pays anglo-saxons utilisent plus les réseaux sociaux ou autres jobs boarding pour trouver de nouveaux collaborateurs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si LinkedIn est une entreprise américaine. Mais l’utilisation de ces réseaux sociaux professionnels est différente dans chaque région du monde. En France, LinkedIn est perçu comme un moyen de gagner en visibilité. Cependant le réseau social n’est pas encore devenu un outil indispensable au recrutement.

Cela est dû à certaines différences culturelles. En effet, de manière générale, les pays européens continentaux mettent plus l’accent sur les relations. Mais même en Europe on retrouve une certaine disparité. Ainsi, certains pays comme l’Allemagne avec un marché du travail plus ouvert et en quête de talents, ont une attitude plus proactive. A l’inverse, dans des pays comme l’Italie ou l’Espagne avec des marchés de l’emploi plus précaires, il est fréquent d’utiliser ses relations pour sécuriser un emploi.

Quels sont les principaux avantages de la cooptation ?

Avantages de la cooptation

A l’heure du recrutement innovant, comment la cooptation arrive-t-elle à séduire toujours autant ? La méthode possède certaines caractéristiques qui peuvent bénéficier à une entreprise. D’un point de vue financier, il est souvent moins cher de recruter de cette manière. En effet, nul besoin de se lancer une campagne active de recrutement dans  ce cas là. Aux oubliettes le budget généralement conséquent consacrés à la recherche de nouveaux talents !

De plus, comme la cooptation implique un engagement de la part d’un collaborateur de l’entreprise, les recrutements sont généralement qualitatifs. Cela peut favoriser à long-terme la rétention de ces nouveaux éléments devenus clefs avec le temps.

Google par exemple propose des primes pour les salariés qui cooptent. Cela leur permet de filtrer les candidats, l’entreprise recevant près d’un million de CV par an !

Dans les entreprises IT, la cooptation est fréquemment utilisée. Chez Open par exemple, un système de points est mis en place pour le recrutement par cooptation. Cela permet de gagner des chèques cadeaux, et jusqu’à 2500€ pour le troisième coopté ! Environ 1/3 du recrutement s’effectue de cette manière.

En revanche, choisir ses futurs collègues de cette manière peut encourager la reproduction sociale en entreprise et une organisation peut passer à côté de certaines personnes à fort potentiel.

Citons l’initiative de PwC pour palier à ce problème. En effet l’entreprise s’assure que les candidats cooptés proviennent d’établissements différents afin d’encourager la diversité au sein de l’organisation.

Chez Xerox, la cooptation est inscrite dans l’ADN de l’entreprise et est considérée comme un bon moyen de se diversifier. La méthode est considérée comme une “approche de recrutement vivante”, le contact humain étant privilégiée aux annonces. Les cooptateurs touchent 760€ de prime en cas de recrutement.

D’autres exemples d’entreprises utilisant la cooptation

cooptation en entreprise

 

Chez Accenture, la cooptation est pratiquée depuis le début du nouveau millénaire. Les procédures à suivre pour les cooptateurs sont affichées à l’aide de posters. De plus, en cas de possibilité de recrutement, les collaborateurs sont informés par mail. En cas de recrutement, le cooptateur reçoit des compensations sous forme de bons d’achat, entre 500 et 2.000€. Et ça marche ! En 2007, 1/4 des recrutés l’était par le biais de la cooptation !

Un site particulièrement innovant et entièrement dédié au sujet s’appelle Coop-Time. Sur ce site, après consultation des offres d’emplois, il est possible de recommander quelqu’un que l’on connait et d’être rémunéré pour cela (700€) !

D’autres offres du même genre sont proposées par l’entreprise Keycoopt notamment. L’entreprise possède un réseau de 35.000 coopteurs. Il est possible de voir les offres d’emplois du site et de recommander des personnes que l’on connait. Entre 500 et 1.000 € sont gagnés par recommandation effectuée.

Flixbus aussi rémunère ses salariés qui cooptent. Cette entreprise allemande s’est faite connaitre à la suite de la loi Macron de 2015 libéralisant le transport en autocar dans le pays. Elle recrute 20% de ses effectifs par cooptation grâce à ses collaborateurs déjà établis qu’elle considère comme ” ambassadeurs de l’entreprise ” . Elle rémunère ses ambassadeurs en deux fois : pendant le recrutement puis après la période d’essai si le candidat s’est révélé être le bon. Un bon moyen de stimuler ce mode de recrutement !

La cooptation, ça fonctionne ?
5 (100%) 4 votes