Le Shadow Comex, ou comité exécutif de l’ombre, apparait aujourd’hui pour plusieurs entreprises comme étant LA solution d’innovation, face au développement du numérique et à la digitalisation de l’économie.

Souvent composé de jeunes cadres de moins de 35 ans, ce Comex junior a pour mission d’émettre des recommandations sur les projets stratégiques de l’entreprise avec un regard nouveau sur les mutations numériques à venir. Sans réel pouvoir décisionnel, les membres d’un Shadow Comex disposent pourtant de l’ensemble des informations privilégiées et confidentielles auxquelles le Comité de Direction a accès. Réuni en amont ou en aval de ce dernier, le Shadow Comex se veut, de par sa mission, être un regard critique et complètement transparent sur les orientations stratégiques de l’entreprise.

Contrairement au concept de l’entreprise libérée et de l’holacratie, le Shadow Comex ne remet pas en cause l’ordre hiérarchique. C’est pourquoi ce concept est très populaire chez les grands groupes qui souhaitent acquérir une perception globale sur leur secteur en mobilisant plusieurs regards, tout en respectant l’héritage et l’organisation préétablie de l’entreprise. Comme disait Jimmy Carter : “ Nous devons accepter le changement mais conserver nos principes. ”

Shadow Comex AccorHotels : le plus médiatisé

4 Février 2016 : Sébastien Bazin, PDG du groupe Accorhotels, premier opérateur hôtelier en France, annonce la création d’un Shadow Comex, composé de douze jeunes cadres hommes et femmes de moins de 35 ans. Appartenants à la nouvelle génération, avec la connaissance intime de l’entreprise et de ses process, ils représentent une réponse au chamboulement advenu dans le secteur de l’hôtellerie avec l’apparition de AirBnB, Booking ou encore Tripadvisor.

Le Shadow Comex du groupe Accor travaille en amont du Comex mensuel avec l’aide d’un coach extérieur, aide précieuse pour formaliser les propositions à soumettre au comité exécutif. En effet, le Shadow Comex, partie intégrante de la transformation managériale du groupe, dans le cadre du plan « Leading Digital Hospitality », challenge et éclaire les équipes de direction sur les nouvelles stratégies à adopter. Ainsi, il a soutenu le projet révolutionnaire du groupe, Jo&Joe, un concept hôtelier innovant, penché sur les désirs de la clientèle Millennials.

Shadow-comex-accorhotels

La Macif : le Comité de direction jeune

Directement inspiré du Shadow Comex du groupe Accor, la société d’assurance mutuelle française, La Macif, a lancé le 18 octobre 2016 son premier comité directionnel jeune. Réuni autour du directeur Jean Marc Raby et du secrétaire général Philippe Ricard, il était composé de 11 cadres et 9 employés, avec une moyenne d’âge inférieur au 30 ans.

Ce comité, dont la portée n’est que consultative, est appelé à apporter sa contribution à la transformation de l’entreprise avec son nouveau plan stratégique 2016-2020, “MACIFUTUR“. À la recherche de l’avis de la génération Y sur le futur de l’entreprise et sur les dossiers instruits par le groupe, le projet s’inscrit dans un cadre de synergie intergénérationnelle. Contrairement au Shadow Comex du groupe Accor, le codir de la Macif se réunit seulement une fois tous les 4 mois, pour un mandat de 2 ans.

Havas Media Group : le Comex miroir

Le Shadow Comex d'Havas Media

Résultat d’une étude interne menée par Boson Project montrant que les millennials souhaitait prendre une part plus active dans la vie de leur entreprise, le Comex miroir du groupe Havas Media a été crée en septembre 2015 à l’initiative de Raphael de Andreis, Président – Directeur Général Havas Media Groupe France.

À la recherche de la réflexion et de la collaboration des digital natives qui représentent le futur du groupe, le Shadow Cabinet est composé d’une trentaine de jeunes talents femmes et hommes issus de tous les métiers du groupe. Ces derniers se réunissent mensuellement et organisent leur réunion en 4 parties : un moment de partage des informations clés sur l’activité du groupe, un feedback sur une nouvelle offre, le buzz et enfin le disrupt, qui est un projet d’une année travaillé en 5 groupes de 5 à 6 personnes. Les échanges, comme nous avons pu voir dans les exemples précédents, se doivent d’être francs, directs et constructifs.

Chez Havas Media Group, la mission du Shadow Comex est double : insuffler du sens dans le travail des jeunes collaborateurs et aborder de façon différente les problématiques actuelles de l’entreprise, pour mieux comprendre les attentes de la nouvelle génération. Ainsi, cinq projets ont vu le jour depuis la création du Comex Digital Natives.

Des avis qui restent partagés sur le sujet…

La création d’un Shadow Comex permet à une entreprise de consulter les avis de ses jeunes collaborateurs sur les nouveautés et les mutations advenues au sein de son secteur. Parfait dira-t-on ! En effet, tout le monde semble être gagnant : l’entreprise, qui est ainsi “éclairée” sur les changements dus au numérique et à la digitalisation, et les participants au Shadow Comex, enthousiastes à l’idée de pouvoir finalement donner leurs avis.

Et pourtant, si la création d’un comité exécutif jeune n’est pas toujours accompagnée d’une réelle innovation au sein d’un grand groupe, elle peut rapidement correspondre à un sentiment de frustration pour tous les autres salariés. Ainsi, chez AccorHotels par exemple, l’initiative a été difficilement acceptée par les plus de 35 ans, qui avaient le sentiment d’être inutiles au changement de leur entreprise…

Shadow Comex : 3 entreprises qui s’y sont mises
5 (100%) 3 votes