Après Vivatechnology, a eu récemment lieu, du 4 au 5 juillet 2018, la nouvelle édition de « l’échappée volée » (ou Boma France Festival), événement qui vise à présenter les innovations sociales et technologiques qui répondent aux défis de demain. Vaste programme, c’est pourquoi de nombreuses conférences eurent lieu, et des startups aussi variées qu’originales furent conviées. On peut donc dire que le défi fut plutôt bien relevé : à des réflexions sur le devenir géopolitique du monde compte tenu des progrès technologiques et des menaces du terrorisme, sur l’IA (les peurs et les opportunités qu’elle occasionne), sur l’économie sociale et solidaire, s’ajoutèrent aussi des réflexions sur la RH de demain. Et quoi de mieux que de prendre des exemples pour présenter ces réflexions ?
startup l'échappée volée conférence

Welcome to the Jungle et le recrutement

Etaient organisés des ateliers destinés à converser, entre entrepreneurs et responsables RH, sur les problématiques de recrutement. Jérémy Cleda, un des fondateurs de Welcome to the Jungle, nous a exposé ses idées sur l’importance de l’alignement du candidat avec les valeurs et idéaux défendus par l’entreprise.
On est en effet toujours amené, que l’on soit dans une startup ou dans une grande entreprise, à faire des compromis avec quelques-unes de nos valeurs initiales, à se rendre compte que la réalité de notre entreprise n’est pas celle initialement prévue. Jérémy nous a ainsi expliqué que Welcome to the Jungle se voulait à l’origine être une équipe « enthousiaste ». Ce ne fut finalement pas le cas, les collaborateurs étaient plutôt « critiques », c’est-à-dire qu’ils se remettaient souvent en question pour parfaire leur offre, sans jamais céder à l’euphorie.
De même, un recrutement peut parfois être décidé dans l’urgence, et quand il n’y a pas de feeling lors de l’entretien, on risque trop souvent de se dire « ce n’est pas grave, il réussira à s’intégrer ». Mais, dévier d’un ou deux degrés aujourd’hui nous amène à long terme à changer considérablement notre orientation initiale, ce qui peut être préjudiciable.
En conclusion : il faut bien cerner quel genre d’entreprise on veut être et quelle culture on recherche. Il s’agit alors de prendre soin de ses salariés (s’intéresser à leurs évolutions de carrière, leur salaire…) mais aussi aux prestataires, chose que l’on oublie bien souvent.

Foosball society : bien plus qu’un simple baby-foot

Foosball society

L’installation d’un baby-foot est devenue le cliché d’une entreprise qui, pour se donner bonne conscience, cherche à donner le minimum de plaisir aux salariés. Certes, le bien-être au travail ne passe pas que par le baby-foot, mais bien d’autres enjeux peuvent être visés par cette initiative. Foosball Society est une startup crée en 2013, qui propose des baby-foots « connectés ». Oui, vous avez bien lu : l’ensemble du jeu est filmé (ce qui permet de revoir certains moments au ralenti), et le baby-foot est assorti d’une application qui regroupe l’ensemble des joueurs de l’entreprise en enregistrant ainsi leurs scores. On voit bien où Foosball society veut en venir : il s’agit de favoriser, par le jeu, les rencontres entre les différents membres de l’entreprise en se « défiant » au baby-foot. L’objectif est aussi de favoriser l’acculturation des salariés plus anciens à la digitalisation en les habituant à se servir des applications et à plus utiliser les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs collègues. L’entreprise a déjà enregistré beaucoup de commandes, notamment chez des grands groupes.

Sayya à l’échappée volée : une autre façon de libérer les tensions

sayya-startup-bien-etre

Sayya est une startup très récente (elle a été créé en 2018 !) qui propose aux entreprises (et aux particuliers) de vivre dans leurs locaux parisiens de 400 mètres carrés une expérience unique : tester plusieurs pratiques de relaxation ou de développement personnel. Une quinzaine de pratiques sont proposées (sophrologie, coaching, yoga…) par une quarantaine de praticiens professionnels. Sayya accueille des séminaires, des bilans de fin de trimestre, et les activités s’organisent de façon très rapide pour que le résultat soit rapidement visible. L’objectif est ainsi d’accompagner les collaborateurs et de les soutenir, s’ils connaissent une période de burn-out, de les conseiller en matière d’hygiène de vie, et de leur insuffler une pensée positive. De nombreuses entreprises comme Weave-Airms, ou bien encore Malakoff Médéric, y ont organisé plusieurs séances pour leurs collaborateurs. Leur verdict est plutôt positif : on parle en effet beaucoup de ce genre de pratiques relaxantes, mais combien les connaissent vraiment ? Ils ont pu ainsi les tester, d’autant plus que l’environnement est prompt à une communication entre les collaborateurs plus apaisée. Une startup qui a donc de l’avenir !

 

L’échappée volée 2018 : des startup RH qui façonnent le monde de demain
3.5 (70%) 2 votes

L’échappée volée 2018 : des startup RH qui façonnent le monde de demain

by Yann Sassi time to read: 3 min
0