Le 15 mai 2020, l’écrivain Jacky Schwartzmann et l’illustrateur de bande dessinée Morgan Navarro ont sorti aux éditions Dargaud le premier tome de la bande dessinée “STOP WORK” intitulé Les joies de l’entreprise moderne : une histoire sur le monde de l’entreprise.

Antagoniste principal de l’ouvrage, Fabrice Couturier est cadre au service achat chez Rondelles S.A.. Il adore son métier et rêve d’une promotion afin de devenir chef du service dans lequel il travaille.

Ce qui l’intéresse, c’est de réduire les coûts : il aime “saigner un fournisseur pour augmenter les marges”. Il semble avoir toutes ses chances pour évoluer dans son entreprise puisque le poste de chef de son service est vacant. Afin d’y parvenir, il fait tout pour plaire au patron, Guillaume. Il se fait d’ailleurs appeler “le suceur” par certains collègues.

Tout se passe donc bien jusqu’au jour où la promotion tant attendue lui passe sous le nez au profit d’une jeune “executive woman” dynamique en devenir.

La goutte d’eau qui fait déborder le vase, c’est les règles exaspérantes du service de l’EHS (environnement, hygiène et sécurité) qui forment les salariés à descendre les escaliers sans se casser le sacrum ou qui les poussent à déclarer des “presque accidents” quand ils se cognent sur le tiroir d’un bureau ouvert.

L’histoire prend une nouvelle tournure lorsqu’il décide de suivre le conseil du délégué CGT : “Pas en frontal, sinon t’es mort”. Ici, Fabrice passe du personnage terre à terre et grossier à sympathique et rebelle. Il se retrouve donc malgré lui à collaborer avec le délégué CGT pour saboter les règles de l’EHS qui l’infantilise et lui gâche la vie.

Dans cette bande dessinée, Jacky Schwarztmann ne manque pas de s’inspirer de son vécu en tant que salarié dans de grandes firmes internationales. Il nous montre l’absurdité que peuvent représenter les “good practices” des services hygiène et sécurité qui parfois permettent aux entreprises de se dédouaner des problèmes dû aux pratiques productivistes adoptées par ces dernières. Nous pouvons y voir une volonté d’ouvrir les yeux sur la surprotection des salariés qui peut être dans de nombreux cas à double tranchant. Une caricature qui permet de méditer sur les pratiques managériales en entreprise…

0 0 vote
Article Rating
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x