Icebreakers : comment réchauffer l’ambiance de vos formations e-learning ?

icebreakers

Partagez cet article

Les icebreakers — ces petits exercices de groupe pour permettre de mieux se connaître —sont très utilisés en formation. Avec la généralisation du télétravail, beaucoup d’entreprises ont dématérialisé leurs réunions, formations ou ateliers. Ceux-ci ont désormais lieu en ligne, chacun derrière son PC.

Pourtant, il est toujours aussi important de briser la glace avant d’entamer une session de travail à distance. Les icebreakers eux aussi se dématérialisent.

Voici quelques idées pour réchauffer l’ambiance en début dé réunion, même si tout le monde se cache derrière sa webcam.

Pourquoi les icebreakers sont-ils importants ? 

Un icebreaker (ou « icebreaking »), littéralement « brise-glace », permet aux participants d’une session de travail ou de formation d’apprendre à (mieux) se connaître. Le but est de dissiper la gêne qu’il pourrait y avoir, de créer rapidement les bases des liens nécessaires à la collaboration, et tout simplement de mettre en mouvement une équipe. 

Un icebreaker se présente généralement sous la forme d’un exercice ludique ou d’un moment de partage et d’écoute.

Au fur et à mesure que les relations se renforcent, la capacité d’apprentissage de vos apprenants se renforce également. Il s’agit donc de mettre tout le monde sur la même longueur d’onde, ce qui crée un groupe d’apprenants plus enthousiastes.

Le icebreaker le plus basique et le plus commun qui soit est le fameux « tour de table » au cours duquel chacun se présente et peut par exemple préciser la raison de sa présence. 

En e-learning, les icebreakers poursuivent plusieurs objectifs. 

Introduire la thématique de la formation 

La distance complique toujours les phases d’introduction. Apprenants inattentifs ou qui coupent la vidéo pour faire autre chose, problèmes techniques … Les obstacles par rapport au présentiel sont nombreux.

L’icebreaker permet de présenter la thématique, de l’introduire de manière ludique et d’en aborder les bénéfices de manière indirecte. Développer un icebreaker autour de la thématique permet de lever quelques préjugés que l’apprenant peut avoir sur le sujet ou sur la formation proposée. 

Le petit truc en plus : Si vous voulez commencer votre réunion à 10 heures, indiquez 9 heures 50 comme horaire à tous les participants. Ces dix minutes tampon permettront à tout le monde de se connecter et cela évitera les entrées fracassantes de retardataires qui casseraient le rythme de votre formation. Sur Zoom, vous avez la possibilité de diffuser une vidéo à tous vos participants pour introduire le sujet de la formation ou pour éveiller leur intérêt sur un sujet.

Cette vidéo peut d’ailleurs faire office d’icebreaker en début de formation ; chacun devant à tour de rôle exprimer son ressenti par rapport à cette vidéo.

Par exemple, pour une formation destinée à des commerciaux, vous pourriez diffuser cette vidéo, tirée du film The Wolf of Wall Street, et recueillir quelques réactions amusées, avisées ou incrédules de la part du groupe. 

Engager les participants 

Comme pour une formation en présentiel, l’icebreaker d’une formation digitale permet de créer une dynamique et de générer de l’enthousiasme pour la thématique et la formation proposées. C’est évidemment un élément crucial pour engager l’apprenant dans son parcours de digital learning et assurer sa motivation et son implication dès le début de la période d’apprentissage. 

Pour vous faciliter la tâche, il existe des icebreakers dédiés au e-learning que vous pouvez diffuser à tout moment d’une formation pour « réveiller » et engager les apprenants. La société Worlab propose par exemple une série d’icebreakers sous forme de slideshow. Il suffit de cliquer et un icebreaker est proposé de manière aléatoire.

La wish list : une idée d’icebreaker pour les formations qui s’étalent sur plusieurs sessions. Cet icebreaker est particulièrement adapté pour une équipe qui va se revoir de manière régulière. L’animateur demande aux participants de noter sur une slide ou un tableau, Trello par exemple, la liste des choses qu’ils souhaitent faire durant cette période de confinement. Les réponses peuvent aller du nettoyage de sa salle de bain à l’apprentissage d’une nouvelle langue ou à la lecture d’un roman, etc. 

Chaque participant doit alors classer ses souhaits en trois colonnes :

  • ce qu’il s’engage à faire ;
  • ce qu’il essayera de faire.

ce qu’il voudrait faire en sachant pertinemment que ce ne sera pas fait.

Les participants partagent alors avec les autres ce qu’ils ont noté. Lors d’une prochaine séance, chacun pourra donner des nouvelles de ses avancées. Les autres participants peuvent alors poser des questions, donner des encouragements ou évoquer des astuces pour se lancer.

Mettre en confiance

Dans certains cas, les parcours de digital learning peuvent générer inquiétude ou stress. Ce phénomène intervient par exemple dans le cas d’une formation certifiante ou lorsqu’il s’agit d’un apprenant rarement mis en situation de formation. L’icebreaker doit alors permettre de rassurer l’apprenant sur sa capacité à suivre la formation, à prendre facilement en main l’outil digital ou à réussir sa certification. 

Les jeux de mise en situation/de simulation sont à ce titre des outils très pertinents pour mettre en confiance l’apprenant ou proposer une approche très concrète du sujet de la formation.

Vous pouvez par exemple envoyer un email à chacun des participants quelques jours avant la formation pour leur préciser le rôle qu’ils auront à tenir dans le jeu de rôle auquel vous allez jouer ensemble, ainsi que pour leur proposer du contenu à consulter au préalable afin de rentrer dans leur rôle le mieux possible.

Bien réussir ses icebreakers à distance 

Les conseils à respecter pour bien réussir un icebreaker en distanciel sont les mêmes que pour une situation en présentiel :

  • choisir le bon exercice selon le degré de familiarité entre les participants ;
  • donner des consignes claires ;
  • être à l’écoute et modérer ou, au contraire, relancer les discussions ;
  • faire attention au temps.

À partir de ces quelques règles d’icebreaker à distance, il ne reste plus qu’à se lancer, à tester et à chercher ce qui conviendra le mieux à une équipe donnée. 

Dans tous les cas, il existe beaucoup d’autres exercices d’icebreaking, et rien n’empêche d’imaginer ses propres icebreakers

Auteur(s)

  • Rédactrice en chef de Change the Work, j'explore le travail sous toutes ses coutures en espérant montrer l'importance du métier RH dans l'entreprise de demain...

Sur d'autres sujets...

Catalogue please !

Quelques informations pour l'envoi du catalogue

Demande de catalogue Change the Work

Vous nous avez vu SUR BFM ?

Testez Visio Boulot Dodo !