Comme toujours le futur du monde du travail est au cœur de nos préoccupations. Celui-ci se construit avec les innovations quotidiennes des entreprises mais aussi grâce (ou parfois à cause) des lois et réglementations. Ainsi de nombreux sujets ayant une véritable incidence sur le futur du monde du travail (comme le temps de travail par exemple) découlent directement de la politique mise en place par le gouvernement. Hier après midi nous avons découvert notre nouveau gouvernement et notamment Muriel Pénicaud, nommée Ministre du Travail.

Qui est-elle ? Quelles sont ses positions ? Décryptage.

Ministre du Travail : quelle expérience

Ce ne sera pas la première fois que Muriel Pénicaud aura l’occasion de poser ses valises rue de Grenelle. En effet, après un début de carrière publique elle devient conseillère pour la formation de Martine Aubry entre 1991 et 1993, alors Ministre du Travail des gouvernements Cresson puis Beregovoy. Elle fût ensuite la première présidente de l’Institut National du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (de 2006 à 2009), membre du Haut Conseil du dialogue social (où elle rendit un avis sur la liste des organisations syndicales représentatives) et donna des cours sur la formation professionnelle à l’ENA.

Dans les années 90, à la suite de son expérience au ministère, elle se dirigera vers le privé dans des fonctions de direction d’abord chez Danone puis Dassault Systèmes, avant de revenir chez Danone en tant que directrice générale des ressources humaines, poste qu’elle occupera de 2008 à 2013. Son expérience des entreprises ne s’arrête pas là. Elle occupera différents postes d’administratrice, notamment à la SNCF, Orange et Aéroports de Paris, et est à la tête de Business France depuis 2015 où elle promeut les entreprises françaises à l’étranger.

Son parcours laisse imaginer une réelle compréhension des enjeux de l’entreprise, mais qu’en est-il de ceux des salariés ?

Bien-être au travail, Muriel Pénicaud

Le bien-être et la santé au travail, des sujets qui comptent

Depuis quelques temps le bien-être des salariés est au cœur des enjeux RH et managériaux, et autant le dire tout de suite, cela ne devrait pas être freiné par les pouvoirs publics tant cette problématique semble être un sujet privilégié de notre nouvelle ministre.

En février 2010 son rapport « Bien être et efficacité au travail – 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail » eut beaucoup de succès. Ce rapport, qu’elle co-écrivit avec Henri Lachmann (Schneider Electric) et Chrisitan Larose (CGT), est décrit dès son avant-propos comme un rapport de praticiens et non d’experts. Il reprend différentes propositions en insistant sur le rôle de la direction, des managers, de la formation, des mesures de sécurité et du dialogue social. L’investissement dans la santé au travail y est présenté comme un atout pour la performance et non une charge, mais avant tout comme « une obligation sur le plan humain ».

Cet engagement pour la santé au travail est confirmé par son action chez Danone, où elle a été à l’initiative du programme Dan’Cares, la première couverture santé mondiale d’entreprise, qui fût mise en place pour l’ensemble des 100 000 employés de Danone à travers le monde, leur garantissant la même couverture santé sur les soins fondamentaux.Le gouvernement Philippe

Un défi de taille pour le gouvernement Philippe

Rappelons que notre Ministre du Travail aura la lourde tâche de conduire la réforme du droit du travail qu’Emmanuel Macron avait annoncé vouloir mettre en place par ordonnance. Le challenge s’annonce de taille pour y parvenir sans heurt.

Muriel Pénicaud arrivera-t-elle grâce à ses connaissances du terrain et son expérience du dialogue social à faire consensus ?

Suite à sa nomination, Laurence Parisot (ex-Présidente du MEDEF) a décidé de l’encourager via twitter « Votre nomination est une excellente nouvelle pour le dialogue social ! Bravo et tous mes voeux de réussite ! », tandis que Jean-Claude Mailly (secrétaire général de Force Ouvrière) la décrivait sur France Info comme un « bon profil », « plutôt rassurant », « quelqu’un qui a une connaissance à la fois technique et politique des dossiers ». Un premier bon point ? Réponse à suivre.

 

Summary
Gouvernement : qui reprend le travail ?
Article Name
Gouvernement : qui reprend le travail ?
Description
Le futur du monde du travail est au cœur de nos préoccupations. Hier, nous avons découvert notre nouveau gouvernement et notre ministre du travail.
Author
Publisher Name
Change the work
Publisher Logo