Gaspillage : le limiter en entreprise, c’est possible ?

Gaspillage : le limiter en entreprise, c'est possible ?
Le gaspillage, on en est tous victimes, et d’autant plus en entreprise. Plus l’échelle est grande plus le gaspillage est énorme. Mais comment adopter les bons réflexes ? Comment le limiter ?

Partagez cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Le gaspillage, on en est tous victimes, et d’autant plus en entreprise. Plus l’échelle est grande plus le gaspillage est énorme. Mais comment adopter les bons réflexes ? Comment le limiter ?

Sensibiliser les salariés à la cuisine zéro déchet

70% des salariés souhaitent être davantage impliqués dans la démarche RSE de leur entreprise. Et même, près de 63% des français considèrent que les entreprises ont un rôle important à jouer en matière de développement durable. Cartons, plastiques, aliments non mangés, le gaspillage fait plus de ravages en entreprise qu’à la maison. La raison ? Le manque de temps et d’informations sur le sujet pour le limiter. 

Un mouvement suivi par de nombreuses entreprises

De plus en plus d’entreprises ont donc décidé de suivre le pas et de moins gaspiller. En France, sur 140 kg de nourriture perdue par personne et par an, 46 kg sont perdus en production, 31 kg en transformation, 18 kg en distribution, 19 kg en restauration hors domicile (publique et privée).

Réduire le gaspillage alimentaire en entreprise, c’est faire des économies financières. Une opération distributeurs témoins a montré un potentiel de réduction de 22 % pour une économie de 70 000 € par entreprise.

Ainsi, en Normandie, le Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (REGAL) a mis en place des groupes de travail sur la production et sur le don. Un appel à projets régional porté par l’ADEME, la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF) et la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Normandie a pour objectif de soutenir des actions de sensibilisation. Ils ont créé des animations, des formations et de la mobilisation, pour lutter contre le gaspillage alimentaire en entreprise.

Mettre en pratique l’anti-gaspillage alimentaire

Voici quelques astuces simples, pour limiter le gaspillage alimentaire: 

  • faire un diagnostic gaspillage alimentaire au sein de l’entreprise ;
  • diversifier l’offre de produits utilisant des fruits et légumes frais et hors calibre ;
  • organiser des opérations de glanage ;
  • assouplir les contrats et cahiers des charges ;
  • optimiser l’organisation du don alimentaire agricole (logistique, conventions de dons) ou des Grandes et moyennes surfaces (GMS) ;
  • proposer différentes portions, offrir des « gourmets bags » etc.

Des plateformes engagées contre le gaspillage

Certaines start up se sont même lancées le défi d’apporter leur aide aux plus grandes entreprises, contre le gaspillage alimentaire. C’est le cas de Save Eat. Portées par une ferme détermination à réduire le gaspillage alimentaire du quotidien, Dorothée Bessière et Isaure Tsassis proposent via Save Eat une plateforme engagée. Celle-ci a pour objectif d’aider les français à cuisiner sans gaspiller.

Pour aller plus loin dans leur objectif de sensibilisation, les deux jeunes entrepreneures ont décidé de lancer des ateliers ludiques et participatifs. Ils sont construits et pensés pour répondre aux attentes des entreprises. Save Eat leurs permet ainsi de concrétiser leur engagement RSE en sensibilisant leurs collaborateurs au gaspillage alimentaire sur leur lieu de travail. Les ateliers sont organisés sous forme de cours de cuisine “anti-gaspi”. Ils durent une heure en moyenne, en présentiel ou en visio, les participants cuisinent, répondent à des quizz, dégustent des recettes dans une ambiance bonne enfant propice à la cohésion d’équipe et à l’apprentissage ludique.
Save Eat propose d’un autre côté via une plateforme gratuite, qui permet de partager au plus grand nombre leur savoir en matière de solutions anti-gaspillage alimentaire. 

Elles sont de plus en plus nombreuses, Phénix par exemple aide elle aussi, les professionnels à réduire le gaspillage en revalorisant les surplus alimentaires et non-alimentaires destinés à la destruction. Elle est une entreprise sociale et solidaire créée en 2014. Phénix est présente dans 21 villes en France, où elle récupère les différents types d’invendus (alimentaires, produits hygiéniques, fournitures scolaires…) auprès de la grande distribution, d’industriels, ou événements. Les produits ainsi collectés sont distribués gratuitement à des associations et épiceries sociales !

Auteur(s)

Sur d'autres sujets...

CCEP France déploie un nouvel accord QVT
Bonnes pratiques

QVT : nouvel accord chez Coca-Cola EP France

Les piliers phares du nouvel accord signé à l’unanimité des organisations syndicales Pour CCEP France, principal producteur et distributeur de boissons rafraîchissantes sans alcool en

Catalogue please !

Quelques informations pour l'envoi du catalogue

Demande de catalogue Change the Work

Vous nous avez vu SUR BFM ?

Testez Visio Boulot Dodo !