HPJIyLbwhME

Chaque année, le 20 mars, Jan-Emmanuel De Neve publie une étude sur le bonheur au travail qui référence plus de 150 pays. Objectif : aller dans chacun de ces pays avec un expert et interviewer des personnes sur leur bien-être tant dans leur vie personnelle que professionnelle. Jan-Emmanuel De Neve et son équipe ont interrogé plus de deux millions de personnes. 

L’enquête sur le bonheur au travail s’organise autour de trois points clés :

  • L’importance d’avoir un job
  • Le type de travail
  • Les différentes caractéristiques du travail

L’ensemble de ces critères sont évalués sur une échelle de 0 à 10. Chaque individu va utiliser cette échelle pour répondre aux questions posées, 0 étant le pire et 10 étant le plus satisfaisant. La moyenne mondiale se situe entre 5,5 et 6 sur 10. Nous pouvons par exemple constater que les personnes qui ont un travail sont plus heureuses (6/10) que celles qui n’en ont pas (5/10).

bonheur au travail

La suite de l’étude révèle des retours très différents selon le type de métier et plus particulièrement entre “les cols blancs” et “les cols bleus”. Jan-Emmanuel De Neve et son équipe ont constaté que les personnes qui exercent un travail manuel sont généralement moins heureuses que les autres.  Chez elles qui ont choisi un métier “intellectuel”, on peut constater un écart entre le haut niveau de management avec le pouvoir exécutif et les employés de bureaux, ceci dans l’engagement porté envers son travail. En effet plus la personne est engagée  dans son travail, plus elle est heureuse.

Le bien-être synonyme d’efficacité et d’épanouissement personnel et professionnel

Le salaire compte mais ce n’est pas le plus important. L’équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle compte beaucoup dans l’épanouissement personnel.

Le deuxième facteur important révélé par cette étude est le fait de trouver son travail intéressant. Ce facteur est d’ailleurs souvent lié au fait d’avoir un certain contrôle de nos tâches et donc une certaine autonomie dans notre travail.

Enfin un dernier facteur très important pour le bonheur au travail est l’aspect social de ce dernier et le sentiment d’appartenance à un groupe. Il est important de se sentir intégré et supporté par son équipe.

bonheur au quotidien

Le bien-être est un facteur clé de succès pour l’entreprise car il est synonyme de productivité. L’intérêt suite à une étude comme celle-ci est pour les managers d’améliorer la qualité du travail de leurs employés en jouant sur le bonheur au travail. En se concentrant plus sur le bien-être de leurs salariés, ces derniers deviendront plus efficaces. L’entreprise a donc tout à gagner en voulant le bien-être de ses collaborateurs.

Vous êtes toujours en veille sur les initiatives de bien-être au travail et vous aimeriez en savoir plus sur les pratiques RH des entreprises de votre secteur ? Change the Work lance ses conférences de benchmark de pratiques RH, What’s up @ Work. C’est par ici pour en savoir plus : http://goo.gl/forms/xrVTsFdBJKj43Dzc2 !

Bonheur au travail, où en est-on en 2017 ?
5 (100%) 5 votes