Qu’on les appelle KPI – “Key Performance Indicators” –  ou ICP en francais – “Indicateurs Clés de Performance”, ces valeurs mesurables démontrent l’efficacité avec laquelle une entreprise atteint ses objectifs et résultats clés. Cette dernière sélectionne ses indicateurs dépendamment de son secteur, de la partie de l’activité qu’elle cherche à suivre, ainsi que des pratiques qu’elle cible à évaluer et faire évoluer. Aujourd’hui, vu l’intérêt croissant porté envers l’humain et son bien-être au travail, ces instruments et méthodes de mesure cherchent à permettre l’intégration de la satisfaction et du bonheur au travail via les pratiques adéquates. Comment ? Les exemples se multiplient !

KPI d’OVH : Bonheur et Productivité vont de pair

Le KPI renforcele bonheur au travail et donc la productivité

Les pratiques du travail qui émergent et qui sont adoptées par les ressources humaines reflètent le nouveau rapport au travail de nos sociétés. Ainsi, chez OVH, l’apparition des postes de Chief Happiness Officers contribue à étendre les recherches sur les politiques RH et leur réalisation pour l’épanouissement de leurs salariés.

Pour une approche centrée sur la qualité de vie et de santé au travail, Florent Voisin, le CHO de la boîte, s’occupe de tester et d’évaluer l’effet des initiatives sportives et culturelles lancées au sein de l’entreprise sur Roubaix. Justement, l’été dernier, il établissait un questionnaire qui permettrait à leurs employés dans le monde entier de rendre compte de leurs impressions et de l’impact que ces actions ont eu pour eux. Par ailleurs, l’objet des deux enquêtes internes qui ont eu lieu étaient l’absentéisme et l’alternance périodique d’activités, de fonctions, et de services en terme de turn-over. Cela a permis l’identification de leurs futurs axes de travail.

Suite aux résultats qu’ils avaient obtenu, les attentes de leurs collaborateurs ont été éclaircies. En participation avec leurs salariés, ils ont mis en place une crèche, une salle de sport, un coach sportif et une conciergerie pour pouvoir conjuguer vie professionnelle et vie personnelle. Une politique de santé au travail sera également travaillée au cours de cette année, une infirmière a intégré le groupe depuis septembre.

Voyages-sncf.com s’y est mise aussi !Le KPI chez OUI.sncf

En utilisant l’application Wittyfit, la filiale e-commerce de la SNCF a mené une expérimentation avec 200 de ses collaborateurs afin d’enrichir son programme axé sur leur moral, leur santé physique et leur bien-être. Pour eux, il est important que leur personnel puisse s’exprimer. Ainsi, huit séries d’une vingtaine de questions ont été élaborées avec l’aide d’équipes expertes au niveau médical et des médecins venant du Centre Hospitalier Universitaire de Clermont-Ferrand.

Deux sphères ont été sondées : la première concerne la vie au travail avec l’évaluation du niveau de stress, l’organisation, la reconnaissance et l’ambiance au sein de la firme. La deuxième s’intéresse à la vie personnelle et étudie donc l’humeur, la forme physique, le sommeil et l’alimentation. Ces sondages libres et anonymes ont abouti sur de brèves vidéos contenant des conseils par rapport à ces sujets.

L’ancien consultant de l’entreprise Kurt Salmon explique : “Par ses conditions de travail, l’entreprise peut être source de mal-être. Mais le salarié est tout autant acteur de son bien-être personnel. Nous voulons les assister sur les deux dimensions”. Thomas Cornet, directeur de Wittify, ajoute que “Les entreprises sont très orientées sur le contrôle et le pilotage, elles délaissent le management. Notre outil doit permettre d’exercer plus simplement et sainement le boulot de manager”.

D’ailleurs, sur HappyAtWork, le site de classement des entreprises où il fait bon travailler, Voyages-sncf.com qui est aujourd’hui devenue OUI.sncf, faisaient partie du trio de tête du côté des entreprises de taille intermédiaire, en 2016.

Les KPI, pour renforcer la culture managériale

Le KPI renforce la culture managérialeDepuis fin janvier, Etam a intégré le digital au service de la communauté managériale de son siège avec la mise en place du “HUB”. Cette application sert d’indicateur de performance dans le sens où elle récolte le feed-back des équipes concernant leurs managers pour pouvoir les améliorer. Sur 600 collaborateurs, 450 l’ont téléchargé. Prochainement, elle sera proposée à tous les responsables de magasins du groupe.

Deux questions y figurent. La première étant « Quelle est votre humeur de la semaine ? », les collaborateurs y répondent en choisissant un des 4 emojis disponibles, une fois par semaine. La deuxième porte sur des sujets qui varient à chaque fois. Les dysfonctionnements peuvent alors être repérés. Il s’agit  d’élaborer une meilleure gestion des conflits.

Initiative de FIAT : sonder l’humeur ?

Initiative de Fiat au brézil : sonder l'humeur des collaborateursLe constructeur automobile italien vend ses produits partout dans le monde et est maître d’une supply chain fortement globalisée. Dans son usine de Betim au Brésil, le groupe a décidé en 2008 de mener une action en faveur du bien-être de ses salariés.

Au lieu d’uniquement pointer ses ouvriers et de vérifier leur présence, Fiat a décidé de mesurer leur humeur à l’aide de plusieurs boutons. Si les ouvriers appuient sur le bouton vert, alors cela signifient qu’ils sont de bonne humeur, RAS ! Si le bouton orange est enclenché, alors cela veut dire que les salariés ne se sentent pas motivés. Cela empire si un collaborateur de l’usine appuie sur le bouton rouge. Dans ce cas, la situation est mauvaise, le collaborateur se sent mal et une rencontre est organisée avec les membres de la direction afin de remédier au problème ! Avec les 4/5 des salariés qui appuient sur le bouton rouge au moins une fois par an, les managers ont dû être formés afin de répondre efficacement à leurs demandes. Un bon moyen pour “gamifier” les rapport hiérarchiques et engager les collaborateurs de l’usine tout en s’assurant de leur bien-être !

Quand les KPI se retrouvent au service du bien-être
5 (100%) 2 votes

Quand les KPI se retrouvent au service du bien-être

by Margaretta El Khoury time to read: 4 min
0