Lancé en juin 2017 aux Etats-Unis et le 7 juin 2019 en France, Google For Jobs, le nouveau service de la compagnie éponyme, permet désormais de trouver des offres d’emploi aussi facilement que faire une recherche internet.

Loin d’être un simple outil, Google For Jobs a, en quelques mois, posé les bases d’une révolution profonde du recrutement.

Qu’est-ce que Google For Jobs ?

Google For Jobs est une nouvelle fonction ajoutée au moteur de recherche de Google.

Avec 30% des requêtes globales sur Google étant liées à des recherches d’emploi, il était évident que le géant américain viendrait tôt ou tard mettre son nez dans le recrutement. C’est maintenant chose faite avec cette nouvelle fonction qui a pour but d’accélérer celui-ci en rapprochant chercheurs d’emploi et employeurs potentiels.

Il est possible d’effectuer une recherche d’emploi sur plusieurs critères. En France, la recherche s’effectue sur le type de contrat, le lieu et le nom de l’employeur. Aux Etats-Unis, peuvent s’ajouter l’âge, la qualification, certains critères de poste, le salaire et même la durée de transport et la réputation de l’employeur.

Gageons que pour ces derniers il sera peut-être plus difficile de les implémenter en France par coutume mais cela ne saurait tarder.

Pour obtenir ces offres d’emploi, Google utilise une API (interface de programmation ‘application) permettant de les récupérer via les plateformes recrutement partenaires, à condition qu’elles soient strictement balisées.

A ce jour, parmi les plateformes les plus connues, fournissant les offres d’emploi à Google figurent :

  • Les réseaux sociaux Facebook, twitter et LinkedIn
  • Pôle emploi et l’Apec
  • Hellowork
  • Figaro Classified ou Ouest-France Emploi

Des avantages, des inconvénients… et une polémique

Les avantages de Google for Jobs pour les candidats sont multiples :

  • recherche et candidature simplifiées
  • possibilité de cibler précisément les offres intéressantes
  • enregistrement des annonces pour les consulter plus tard
  • consultation synchronisée sur tous les appareils (ordinateur, tablette ou téléphone)

Pour les plateformes de recrutement, les avantages sont aussi évidents : prospects plus ciblés et plus nombreux et amélioration du classement dans le moteur de recherche entre autres.

Moins évidente est la situation des entreprises recruteuses. L’installation et la mise en place de l’API google présentant un haut niveau de technicité, peu de recruteurs se servent de Google for Jobs pour indexer leur propre page carrière. De ce fait, ils n’ont, pour le moment, d’autre choix que de passer par les plateformes de recrutement qui sont souvent payantes.

Il ne faut cependant pas oublier que Google For Jobs n’est pas « un autre service » de Google. Contrairement à “Google shopping” par exemple, il suffit d’effectuer une requête sur le moteur de recherche pour obtenir des résultats, et c’est là que le bât blesse. Juge et partie, Google mettra en position principale les offres d’emploi des partenaires avant celles des autres moteurs dédiés au même service.

De là à porter plainte pour abus de position dominante, il n’y a qu’un pas, que 23 moteurs de recherche d’emploi ont passé en début du mois d’août 2019 auprès de la Commission Européenne, deux ans après la condamnation de Google pour son service “Google Shopping”.

Ce que Google For Jobs nous apprend sur le futur du recrutement

Certes, contrairement à “Google Shopping”, Google For Jobs est pour le moment entièrement gratuit (aucun système de “Ads” n’est mis en place). Il n’est pas possible de prédire si cela changera dans le futur ou s’il deviendra un service séparé du moteur de recherche.

Cependant une chose est claire : le futur du recrutement sur internet est là.

L’apparition de Google For Jobs a permis de mettre en lumière l’importance cruciale du SEO dans la création des offres d’emplois et son impact sur le positionnement des entreprises.

Avec ce nouveau service, Google a clairement posé les bases du nouveau référencement SEO pour les pages carrières des entreprises, qu’elles souhaitent l’utiliser ou pas. Ne pas se l’approprier et en tirer partie dès à présent serait un gros désavantage pour leurs recrutements dans les années à venir.

Auteur(s)