Durant 4 ans, des experts des ressources humaines se sont réunis au sein du consortium CHREATE. Leur objectif était d’identifier les défis futurs du secteur des ressources humaines ainsi que les catégories du futur du monde du travail, et de donner des pistes pour mieux y répondre. Voilà la façon dont a fonctionné ce groupe de travail et les principaux résultats de leurs réflexions.

Qu’est-ce que le consortium CHREATE ?

De 2013 à 2017, des professionnels des ressources humaines (DRH, responsables RH, leaders d’opinion) se sont réunis. Leur but ? Faire progresser l’avenir des ressources humaines. Pour cela, ils souhaitaient réaliser une cartographie de comment les RH devraient s’organiser pour relever les défis des 10 prochaines années.

L’acronyme CHREATE signifie Global Consortium to Reimagine HR, Employment Alternatives, Talent, and the Enterprise.

Comment s’est-il organisé ?

Plus de 70 personnes ont participé au projet. Le consortium s’est organisé selon 5 grands principes :

  • Open Source (les résultats et la méthodologie ne sont pas privatisés) ;
  • Volontariat (la plupart des membres n’ont pas été financièrement rétribués) ;
  • Inclusion ;
  • Agilité ;
  • Désordre (inhérent au caractère inclusif et bénévole du consortium, le désordre qui y régnait était nécessaire pour toute transition et devait être maîtrisé pour aller de l’avant).

Le projet s’est organisé en 3 phases, incluant de plus en plus de participants. Chaque phase a permis de faire émerger des thématiques de travail qui ont été traitées et approfondies par les phases successives, en groupe de travail. Des documents de travail de plusieurs pages ont été rédigé en synthèse de chacune des phases et sont comme prévus initialement en libre-accès.

Finalement, un ebook de 180 pages a été créé et est en libre-accès sur Amazon, afin de le rendre plus visible. Des outils et guides à destination de professionnels RH ont aussi été créés et sont téléchargeables en ligne sur le site du consortium, en renseignant son adresse mail professionnelle et le nom de son entreprise.

Quels sont les résultats de ce groupe de travail ?

Les groupes de travail sont partis du constat suivant : les entreprises sont de plus en plus libres et transparentes dans leur manière de fonctionner, et les emplois de moins en moins permanents. Comment s’organiser pour arriver à suivre cette tendance ?

Il y a 5 forces fondamentales à l’origine du changement :

  • des organisations plus horizontales, collaborant sur des projets ;
  • des organisations mondialisées, où les travailleurs choisissent les organisations en fonction des opinions de leurs pairs et des leaders d’opinion socialement connectés ;
  • des organisations ultra-connectées ;
  • des organisations où l’intelligence artificielle et l’automatisation règnent ;
  • des organisations où collaborent intelligemment l’humain et les nouvelles technologies.

Le consortium propose une cartographie des entreprises type pour savoir où chaque entreprise se situe à ce jour en fonction des 5 forces qu’il a identifiées. Ces forces seront les mêmes durant au moins 10 ans. L’équipe de CHREATE s’est basée sur deux  critères, la démocratisation du travail et l’autonomisation technologique, afin de définir les 4 catégories d’entreprises du futur du monde du travail :

  • “Current state” : Il s’agit globalement de l’état actuel du travail. Les collaborateurs travaillent à temps plein ou à temps partiel dans des locaux communs et sont accessibles physiquement. Ils utilisent les technologies traditionnelles pour travailler. Ce mode de fonctionnement est efficace lorsque le travail est stable et que les récompenses traditionnelles et les systèmes de rendement sont adéquats. 
  • “Today, but turbo-charged” : Il s’agit des mêmes gestions et modalités de travail qu’actuellement, mais avec une technologie qui évolue. Ces entreprises prônent l’utilisation d’une meilleure technologie et système d’information, plus rapide tels que le cloud, l’intelligence artificielle et la personnalisation des appareils personnels. 
  • “Work reimagined” : Dans ce cas ci, la technologie évolue lentement mais les modèles d’emploi se développent. Les entreprises travaillent avec des freelances, des collaborateurs à temps partiel, elles utilisent des plateformes de recrutement, travaillent sur des projets et organisent des concours, des afterworks etc.. Néanmoins, elles conservent une utilisation traditionnelle de la technologie. 
  • “Uber Empowered” : Ce modèle regroupe les nouveaux modes de travail et les nouvelles technologies. L’intelligence artificielle, la personnalisation extrême et des référentiels de travail sécurisés et accessibles dans le cloud sont combinés aux modes de travail plus flexibles.

Pour fructifier, l’entreprise doit se poser les questions suivantes :

  • Qu’est-ce qui définira notre stratégie de succès et notre valeur ajoutée pour les parties prenantes ?
  • Quel positionnement stratégique devons-nous définir, exécuter et protéger ?
  • Quels processus et transformations vitaux devons-nous mettre en œuvre ?
  • Quelles ressources vitales devons-nous acquérir, exploiter, entretenir et protéger ?
  • Quelles sont les structures organisationnelles, les réseaux, les relations, les emplois et les bassins de talents où l’amélioration ou le changement auront le plus d’impact ?
  • Comment nos approches en matière de travail, de culture, d’engagement et de gestion des ressources humaines doivent-elles évoluer ?

Bien sûr le consortium ne donne pas de recette miracle pour améliorer la croissance de toute entreprise. L’idée est plutôt d’exposer les résultats d’une réflexion menée durant plusieurs années par des passionnés et experts des RH.

Auteur(s)