Si vous croisez le hashtag #6novembre15h35, sachez qu’il s’agit de la date à laquelle les femmes devraient arrêter de travailler.
La raison est simple : c’est à cette date que les femmes ne sont plus payées pour travailler, en comparaison avec les hommes. Un écart de salaire de 15,2% qui touche les Françaises selon des chiffres Eurostat. À cette occasion, La Newsletter ” Les Glorieuses” récidive pour la 3ème année consécutive et décide de choisir une date symbolique pour communiquer sur les inégalités salariales en France. Accompagnée de l’agence de publicité  Mad&Women, le collectif appelle à la mobilisation au travers du hashtag #6novembre15h35. Une journée qui sera ponctuée d’une pétition, de témoignages et de sondages pour faire bouger les choses.

Les chiffres sur les inégalités salariales

Après le #7novembre16h34 et le #3novembre11h44, ” Les Glorieuses ”  ont renouvelé le calcul qui permet d’estimer en moyenne combien de jours de salaires il manque aux femmes pour être payées comme leurs congénères masculins.

Symboliquement, c’est à partir de 15h35 « et environ 5 secondes » que les Françaises travailleront « gratuitement » jusqu’à la fin de l’année, si l’on compare leurs salaires à ceux de leurs collègues masculins, selon les calculs Eurostat.

Une différence de salaire de 15,2 % selon l’institut. L’écart se fonde sur une comparaison de la moyenne horaire brute entre les employées et les employés. Bien que l’on note une amélioration depuis les 15,7% de 2011, cela reste une progression extrêmement faible. Comme le fait remarquer à juste titre la newsletter féministe Les Glorieuses, ” à ce rythme-là, nous devrons attendre 150 ans pour arriver à une égalité… soit d’être en l’an 2168 “.

Autre chiffre cité. L’écart de 9% entre les salaires hommes/femmes ” à travail égal et en prenant compte des tranches d’âge, du contrat, du temps… “. Les Glorieuses qualifient ce chiffre révélateur de ” discrimination pure “.

Les Glorieuses dénoncent les inégalités salariales

#6novembre15h35 : appel à la mobilisation avec une pétition en ligne

Bien loin d’un simple buzz médiatique, Les Glorieuses ont mis en ligne une pétition pour appeler le gouvernement à réduire les inégalités entre les salariés.

À travers la pétition, le collectif réclame au gouvernement la mise en place de 3 propositions pour parvenir à une égalité :

  • Un congé paternité équivalent au congé maternité : une réclamation due en partie au fait que les femmes choisissent de moins en moins le congé parental. La raison est simple : les hommes gagnent plus que les femmes, ils ne peuvent pas le prendre sous peine de réduire le budget familial. Les femmes n’auront donc plus à pâtir d’une interruption de carrière plus longue que les hommes.

 

  • Une transparence des salaires au sein des organisations : une proposition pour que les entreprises fassent preuve de davantage d’égalité en matière de salaire. Il s’agit là d’une pratique souvent invoquée en tant que ” bonne pratique ” dans les pays les plus vertueux en matière d’égalité salariale.

 

  • Un certificat d’égalité obligatoire pour les entreprises : elles devront prouver qu’elle paie femmes et hommes de la même façon grâce à l’obtention d’un certificat pour en attester.

 

Sur la toile, le hashtag #6novembre15h35 inonde déjà la toile avec de nombreux messages de soutien et d’appel à signer la pétition.

À partir du 6 novembre, les françaises travaillent gratuitement
5 (100%) 3 votes

À partir du 6 novembre, les françaises travaillent gratuitement

by Sérine Akar time to read: 2 min
0