La quatrième édition du salon Viva Technology s’est tenue à Paris du 16 au 18 mai 2019 à Porte de Versailles. Cet événement tant attendu, dédié à l’innovation, est occasion de découvrir des technologies spectaculaires, de participer à des Workshops, des Pitchs et des Talks et de rencontrer des investisseurs.

Les chiffres clés

Cette année, 124 000 personnes sont venues du monde entier pour participer à cet événement lié aux startups et à l’innovation. Cet événement qui a duré trois jours (deux journées réservées aux professionnels et une journée ouverte au grand public), a reçu 24% de participants de plus que l’année précédente. Ils ont pu échanger avec 13 000 startups, 3 300 investisseurs et des milliers de dirigeants. VivaTech a été couvert par 2 500 journalistes dont Change the Work.  

Les moments forts

Cette année, Viva Technology a reçu le Président de la RépubliqueEmmanuel Macron qui avait rencontré la veille, les grands leaders français et internationaux de la technologie pour le sommet « Tech FOR GOOD ». Le Président Français a expliqué que la « France est la championne des startups » et que « l’Europe peut devenir le leader de la tech car nous sommes en train de construire la tech démocratiquement soutenable ».

Cet évènement mondial a de même été visité par le Premier Ministre du Canada Justin Trudeau qui a déclaré qu’ « il est important pour les compagnies de technologie, y compris les géants du web, d’assumer plus de responsabilités par rapport à l’espace public qu’ils sont en train de créer ». A son tour, le Président du Rwanda Paul Kagame annonce que « dans les télécommunications et dans d’autres domaines, si nous créons un réseau, cela devient plus facile, cela rassemble les Africains, cela le rend moins cher ». Enfin, le Président du Sénégal Machy Sall avoue que l’Afrique a raté la révolution industrielle mais ne va pas rater la révolution numérique !

En outre, des ministres français ont participé cette année telles qu’Elisabeth Borne (Ministre chargée des Transports), Marlène Schiappa (Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes), Frédérique Vidal (Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation) et François de Rugy (Ministre de la transition écologique et solidaire).

Etaient aussi présents les plus grands acteurs mondiaux de l’innovation (grands chefs d’entreprise, investisseurs et chercheurs) tels que : Jack Ma (Alibaba Group) qui a incité les chefs d’entreprises à passer du temps sur leur personnel et non sur leurs investisseurs ou leurs concurrents, Ginni Rometty (IBM) pour qui « la technologie offre de merveilleux outils, mais à la fin, seuls les gens changent le monde », Ken Hu (Huawei) qui a annoncé que Huawei investira 35 millions d’euros de son Open Lab en France et Jean-paul Agon (L’Oréal) pour qui le digital est « un avantage compétitif qui nous permet une relation directe avec les consommateurs ».

Les RH s’incrustent à Viva Tech

L’année dernière, de nombreuses critiques avaient été remontées aux différents groupes présents sur le salon : il n’y avait aucun RH sur les stands pour renseigner les personnes voulant plus d’information sur les offres. Cette année a donc vu l’arrivée de nombreux recruteurs sur les différents espaces des entreprises, avec des pancartes de recrutement, des listes de postes ouverts et même, dans le Hall 2, un Talent Center.

Mais les RH se sont aussi invitées dans le contenu du salon. Parmi tous les pitchs et talks, nous avons vu les thèmes RH se démocratiser cette année.

Le premier d’entre eux : l’importance de développer les soft skills des employés. La créativité, l’agilité, l’adaptation à tout changement… sont des compétences que les employeurs recherchent de plus en plus.

Ensuite, la digitalisation. Mais surtout à propos de l’impact toujours plus important qu’elle a sur les emplois, et du rôle que les employeurs devront avoir vis à vis de l’employabilité de leurs collaborateurs.

La thématique de l’expérience collaborateur a aussi été mise à l’honneur, notamment autour de la qualité de vie au travail et de l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Cette expérience collaborateur a aussi été évoquée comme véritable partie du package de Comp&Ben des salariés.

Enfin, une importante thématique a été le recrutement et notamment les difficultés à pourvoir certains postes. D’une part, certains postes en région ont été pointés avec notamment des solutions pour simplifier la mobilité géographique. D’autre part le manque de salariées dans le domaine de la technologie a été mis en avant. Des campagnes pour inciter les femmes à entrer dans ce domaine doivent être fait depuis le plus jeune âge.

Au niveau des startups, c’est sans surprise les startups du recrutement et de la formation qui ressortent les plus nombreux (vous pouvez voir nos coups de coeur de cette édition 2019).

Une pointe déception

Et oui, parce que rien n’est parfait.

Tout d’abord parce qu’on nous a ressorti les mêmes buzzword que lors de la première édition : transformation digitale, intelligence artificielle et j’en passe. Alors oui cela est toujours d’actualité mais pour un salon censé nous émerveiller d’innovation et de nouveautés, quatre ans c’est long.

Ensuite car notre tissu économique français nous manque. Le hall est rempli d’espaces des grands groupes sponsors, eux même re-remplis tels des poupées russes de stands de startups, scale ups et autre leveur de fonds. Mais où sont les PME ? Il est dommage que pour être innovant il faille apparemment avoir plusieurs dizaines de milliers de salariés ou exister depuis moins de cinq ans.

Enfin, victime de son succès, le salon est de plus en plus grand. 13 000 startups, 124 000 personnes et des conférences en simultané à tous les coins d’allées… Il est donc très facile de vite se faire engloutir par le côté hangar et ainsi de rater tous les événements intéressants. Mais on ne va pas trop se plaindre de la diversité et de la quantité de contenus.

En conclusion, malgré quelques bémols et redondances inévitables d’une année sur l’autre, Viva Tech reste le rendez-vous mondial de startups et des leaders pour échanger sur les nouveautés en technologies. La qualité des speakers et la quantité de solutions permet de se mettre à la page de l’innovation, à condition de bien préparer sa venue et de savoir faire le tri. La cinquième édition se déroulera en 2020… Restez branchés !

Viva Technology 2019 : Le récap RH
5 (100%) 1 vote[s]