A l’heure où les travailleurs changent d’entreprises comme de chemises, il devient de plus en plus important pour les RH de travailler sur la rétention de leurs talents. Conserver ses collaborateurs engagés est un réel challenge et pour cela il est nécessaire d’être à leur écoute afin d’identifier et d’anticiper les points de friction dans leur expérience collaborateur.

Aramisauto a bien compris cela et a lancé début 2018 une nouvelle démarche pour comprendre les besoins de ses collaborateurs et mesurer leur satisfaction. Nous avons pu interviewé Brigitte Schifano, DRH d’Aramisauto, qui nous a parlé de ce dispositif après un an de REX.

Historiquement, pour mesurer la satisfaction de leurs employés, le service RH organisait une enquête annuelle sur tous les secteurs de l’entreprise. Elle rassemblait une série de 90 à 100 questions et il fallait plus de 20 minutes au salarié pour y répondre. Le résultat quant à lui prenait des semaines voire des mois pour sortir. Cette démarche traditionnelle n’était pas compatible avec l’agilité de l’entreprise qui recherchait un moyen de poser une question et d’avoir une réponse aussi rapide que possible.

Aramisauto a donc fait le choix d’utiliser une plateforme digitale, Supermood, qui tend à renforcer le dialogue interne en donnant la parole aux employés. Le principe est simple : interroger les collaborateurs à travers des courts questionnaires.

Mesurer la satisfaction des collaborateurs

Aramisauto a adopté cette plateforme depuis janvier 2018 et l’a déployée pour l’ensemble des 530 salariés de l’entreprise en France. Chaque mois, un micro-sondage de 6 questions en vue de mesurer leur engagement et leur satisfaction leur est envoyé. La première question demande à l’intéressé de donner une note de recommandation de l’entreprise (l’équivalent du fameux NPS marketing). Une manière simple de vérifier l’état global de la satisfaction des collaborateurs. Les cinq autres questions, textuelles, tournent autour de l’engagement des travailleurs. Ces questions sont ad hoc, ciblées par sujet et changent chaque mois dans l’objectif d’affiner les besoins ou de prendre du feedback sur des politiques mises en place.

“Le délai pour répondre au sondage est d’une semaine. Les employés prennent plaisir à consacrer 1 à 3 minutes à y répondre. On ne le ressentait pas avant Supermood” explique Brigitte Schifano.

Une fois le délai terminé, les résultats du sondage sont analysés par le manager de l’équipe et sont ensuite discutés entre le manager et les collaborateurs. Ce processus est rapide, et permet de répondre aux demandes des employés dans un court délai.

Mettre en place des actions correctives

Les résultats peuvent être accédés à tout moment tant par les employeurs que par les managers afin de favoriser la transparence. Après analyse, si un problème ressort, une action rectificative peut être prise sur le champ par les managers en vue d’améliorer les conditions de travail.

Un exemple ? Des points de frustration sur les horaires avaient été identifiés et un micro-sondage a fait remonté les raisons et les propositions de solution.

“Nous leur avons accordé un délai de 30 minutes pour arriver au travail. Cette décision a diminué le système de frustration” a déclaré la DRH.

Grace à cette nouvelle politique qui est en adéquation avec l’ADN digital de l’entreprise, celle-ci est en mesure de mieux cibler les points de frustration et donc de travailler efficacement sur la satisfaction des collaborateurs. L’objectif est de permettre aux employés d’évoluer dans un environnement transparent et satisfaisant afin d’être en mesure de développer leurs compétences.

Comment Aramisauto mesure la satisfaction des collaborateurs
5 (100%) 2 votes

Auteur(s)