Si l’Intelligence Artificielle permet aujourd’hui de travailler mieux et plus efficacement, elle peut aussi s’avérer néfaste pour certains emplois. D’ici 2055, le monde du travail tel que nous le connaissons sera chamboulé et aucun secteur ne sera épargné. C’est ce que révèle une récente étude menée par le cabinet McKinsey. En effet, l’automatisation des processus de travail pourrait avoir des conséquences sur 60% des emplois dans le monde. Les grandes avancées technologiques n’épargneront aucun domaine et transformeront le monde du travail tel que nous le connaissons. Allons-nous à l’encontre d’une véritable révolution ?

L’Intelligence Artificielle et son apparition dans le monde du travail

Dans le monde du travail, l’arrivée des nouvelles technologies a permis d’automatiser et de simplifier nombre de métiers : les tâches les plus chronophages sont désormais effectuées par des robots. Ces avancées techniques bouleversent le monde du travail tel que nous le connaissons, au même titre que les grands progrès techniques ont engendré la révolution industrielle. Bien que l’intelligence artificielle semble, de prime abord, vouée à la réalisation de tâches répétitives (comme l’assemblage de machines ou de voitures), son utilisation devrait avoir des conséquences sur plus de la moitié des emplois dans le monde, selon une étude menée par le cabinet McKinsey. L’utilisation de l’IA permettra à l’homme d’éviter les taches monotones pour concentrer son énergie sur de plus grands défis.

Aucun domaine ne sera épargné par le changement. Toujours selon la même étude, 72% des emplois dans le domaine de l’hôtellerie et de la gastronomie pourront être automatisés. Il en va de même pour 44% des emplois dans le domaine de la finance et des assurances.

Presque 10 millions d’emplois impactés par l’IA d’ici 2055

L’intelligence artificielle repose sur un principe simple : simuler l’intelligence et remplacer l’être humain dans la réalisation de certaines tâches, notamment les plus répétitives. Si l’I.A. a connu des débuts tâtonnants au milieu du siècle dernier, elle est aujourd’hui perfectionnée et capable d’effectuer rigoureusement les mêmes tâches 24 heures sur 24, et ce, sans commettre d’erreurs.

L’exemple le plus probant est celui de l’utilisation de l’I.A. dans le domaine des ressources humaines ou encore du service client. Si un robot est capable d’analyser des milliers d’informations en ligne pour trouver le candidat idéal – par exemple en analysant son expérience professionnelle via son profil LinkedIn – pourquoi utiliser les ressources d’un recruteur, pour qu’il passe au crible une montagne de CV ?

Il en va de même pour le service clientèle des entreprises. Certaines questions redondantes sont désormais traitées pertinemment par les chatbots, des assistants virtuels qui utilisent l’I.A. pour mener des conversations en ligne. Les chatbots sont devenus un outil incontournable dans de nombreuses entreprises. Ils peuvent désormais répondre jour et nuit aux interrogations des clients, par exemple via une interface sur le site web ou encore des messageries instantanées comme Facebook Messenger, pour atteindre un public plus jeune.

 

Le développement de l’I.A. : une priorité du Gouvernement français

Bien que ce changement puisse apporter de nouvelles opportunités, le monde du travail devra se réinventer. Le développement de l’I.A. est considéré comme une chance par de nombreux dirigeants, mais également par le Gouvernement français, comme en témoigne le rapport sur l’I.A. rédigé par Cédric Villani, mathématicien et député. L’objectif ? « donner un sens à l’intelligence artificielle ». Cédric Villani offre de nombreuses pistes en ce sens, en allant de la création de réseaux d’Instituts d’intelligence artificielle à l’élaboration d’un supercalculateur conçu pour les applications d’I.A.

Pour que la France ne prenne pas de retard, de nombreuses mesures doivent être mises en œuvre. La majorité des dirigeants d’entreprise en ont également conscience et investissent dans le déploiement de ces nouvelles technologies pour ne pas être dépassés par la concurrence.

Quels sont les domaines qui seront les plus impactés par l’intelligence artificielle ?

Toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernées par les changements apportés par l’IA. Même les métiers comme médecin ou encore chauffeur de taxi – qui devraient être pilotés automatiquement d’ici quelques années – ne seront pas épargnés.

  • 46% des emplois dans le domaine du bâtiment et de l’artisanat pourront être automatisés,
  • 36% des emplois dans le domaine de la santé et des services sociaux pourront être automatisés.

Pour en savoir plus, découvrez l’intégralité de l’infographie.

 

 

 

 

Intelligence artificielle : quel impact sur l’emploi ?
5 (100%) 2 votes