Après la crise sanitaire, les nouveaux défis des RH

un enquête Payfit montre que tisser du lien humain en entreprise est le premier rôle des RH après le covid

Partagez cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Face à l’épidémie du coronavirus, les capacités d’adaptation à des situations incertaines des entreprises du CAC 40 et du Next40 ont été mises à rude épreuve. A l’aune de ces bouleversements, comment les RH anticipent-elles l’organisation du travail de demain ? L’étude réalisée par Payfit, en partenariat avec le groupe RH&M, OasYs et OpinionWay auprès des 80 entreprises du CAC 40 et du Next 40 entre le 7 mai et le 5 juin a tenté de répondre à cette question. Un sondage auprès d’un panel de salariés est venu compléter l’étude.

Résultats de l’étude

Après la crise sanitaire du coronavirus, il est difficile de ne pas remettre en cause l’organisation du travail. Le confinement nous a conduit à expérimenter de nouvelles manières de travailler et l’étude démontre la volonté de s’organiser de manière plus flexible en rapport avec le télétravail (autonomie des salariés, rapport au temps modifié, éclatement des lieux de travail…). L’étude montre que modifier sa politique de télétravail est désormais une évidence pour 90% des DRH.

L’enjeu de la rétention des talents est également au cœur des préoccupations en vue du contexte actuel. Même si l’évolution des carrières et des responsabilités reste le premier facteur de rétention des talents, l’évolution salariale (en deuxième position avant la crise) passe en 6ème position en faveur de la revalorisation du sens au travail et de l’ouverture du capital aux salariés.

Une autre dimension se révèle dans l’étude :  l’accompagnement humain des collaborateurs par les DRH devient de plus en plus important si bien que le mot DRH tend à être remplacé par le mot “Chief people officer”. A travers cette évolution de terminologie, on retrouve l’idée de remettre les collaborateurs au cœur de l’organisation. Les entreprises du Next 40 ont d’ores et déjà enclenché ces démarches qui engagent les salariés et qui amènent à plus d’agilité pour anticiper les tendances.

Dans cette même lignée, 63% des entreprises du Next 40 ont d’ailleurs décidé d’accompagner leurs dirigeants dans la gestion émotionnelle des équipes à travers de la formation interne, des sessions de coaching ou encore des cellules de crise.  “Le mot humain est inscrit dans nos missions, on a un vrai rôle à jouer dans l’accompagnement de nos collaborateurs.” explique la DRH de Payfit. La crise a eu pour effet la prise conscience de l’importance de l’accompagnement humain. La communication entre les différents acteurs a par exemple joué un rôle primordiale pour produire au mieux à distance en évitant les asymétries d’informations.

Pour 78% des DRH du Next 40, recréer du lien en entreprise devient une nécessité et 75% d’entre eux ont prévu de déployer des dispositifs allant dans ce sens.

Les attentes des salariés

En parallèle de cette étude, le sondage réalisé auprès d’un panel de salariés fait transparaître différentes évolutions. La crise et le confinement qui en résulte n’ont pas changé la perception des salariés quant à la qualité de l’encadrement. Par ailleurs, le télétravail a plu à la majorité des collaborateurs et ils apprécieraient un management plus axé sur l’humain et l’individu. En effet, pour la plupart d’entre eux, la motivation individuelle est préférée au leadership. Plus de la moitié jugent que l’épanouissement de chacun devrait être la priorité de la direction de l’entreprise.

Le travail de demain

On constate donc que les aspirations des collaborateurs rejoignent en certains points celles des entreprises. Finalement, c’est dans la jonction entre ces points de vue que se trouve le travail de demain qui semble être à la recherche de flexibilité et d’accompagnements humains et plus individualisés.

« Les RH ont été et restent en première ligne des bouleversements que vivent les entreprises actuellement. C’est pourquoi nous avons voulu interroger les DRH, comprendre comment ils avaient agi et ce qui allait changer dans l’après-Covid. Nous avons voulu observer cette mutation du monde du travail par le prisme de deux classements, souvent opposés, peut-être par erreur : le Next 40 dont nous faisons partie, et le CAC 40. » Firmin ZOCCHETTO – CEO et co-fondateur de PayFit.

Sur d'autres sujets...

RH agent de demain
Bonnes pratiques

Le RH de demain, un agent de talent ?

Le RH au sein des entreprises est voué à changer dans les années à venir. De figure de conseiller, il va devenir accompagnateur. Le métier

Au total, le salarié a le droit à 28 jours de congé paternité pour la naissance d'un enfant.
Bonnes pratiques

Parental Act : congé paternité

Le nouveau congé de paternité et d’accueil de l’enfant est ouvert à tout salarié, quelle que soit son ancienneté ou la nature de son contrat de travail (CDI, CDD, temps partiel, intérimaire, saisonnier…). Au total, le salarié a le droit à 28 jours de congé paternité pour la naissance d’un enfant.

Catalogue please !

Quelques informations pour l'envoi du catalogue

Demande de catalogue Change the Work

Vous nous avez vu SUR BFM ?

Testez Visio Boulot Dodo !